Accord canado-américain pour plus de postes de prédédouanement

Les gestionnaires de l'aéroport de Québec sont convaincus... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Les gestionnaires de l'aéroport de Québec sont convaincus qu'un centre de prédédouanement permettrait de multiplier le nombre de vols en attirant de nouveaux transporteurs, surtout américains, et en fidélisant ceux qui sont déjà là.

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Soleil

(Québec) Une nouvelle entente canado-américaine pourrait métamorphoser les voyages entre les deux pays par voie aérienne, terrestre et maritime. Les voisins se sont finalement entendus pour accroître le nombre de sites de prédédouanement. L'aéroport de Québec espère toujours être sélectionné.

Le ministre de la Sécurité publique, Steven Blaney, et le secrétaire américain de la Sécurité intérieure, Jeh Johnson, ont signé une entente de précontrôle en préparation depuis des années. Selon cet accord, les agents frontaliers pourront travailler dans les deux pays, ce qui permettrait d'inspecter des passagers plus loin des frontières et donc, de désengorger les douanes.

Huit aéroports offrent déjà cette possibilité, notamment ceux de Montréal, Vancouver et Toronto. Les voyageurs peuvent y rencontrer un agent étatsunien et éviter la file d'attente à leur atterrissage chez l'Oncle Sam.

Aéroport de Québec inc. rêve depuis des années d'obtenir son centre de prédédouanement. «C'est quelque chose qui est capital pour nous, qui est important», explique le directeur des communications, Mathieu Claise. On se réjouit donc du développement diplomatique dans le dossier... Cette avancée ne se traduit toutefois pas par une progression de la candidature de la capitale. «On n'a toujours pas de nouveau là-dessus. Ça n'a pas bougé, c'est un processus assez long.»

Dès 2011, les deux pays avaient manifesté leur désir d'élargir cet arrangement aux douanes ferroviaires, routières et maritimes.

L'annonce officielle du Ministère indique que l'entente s'applique à tous les modes de transport, ce qui pourrait concerner les véhicules passagers. On y apprend aussi que les agents frontaliers pourront traverser leur arme à feu d'un pays à l'autre.

On ignore cependant à quel point il sera facile de mettre ce plan à exécution. L'entente dépend de plusieurs développements essentiels qui ne sont pas garantis. Par exemple, une législation est requise. Au Canada, les lois appuyées par le gouvernement sont facilement adoptées, mais aux États-Unis, même des projets de loi de routine peuvent être bloqués de façon prolongée. De plus, le budget pour les nouvelles infrastructures frontalières n'a pas encore été annoncé.

Avec La Presse Canadienne

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer