Tunnel Québec-Lévis: François Paradis pousse pour l'étude de faisabilité

Le tracé d'un éventuel tunnel sous-fluvial Québec-Lévis... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Le tracé d'un éventuel tunnel sous-fluvial Québec-Lévis

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) ll ne peut y avoir meilleur moment pour lancer l'étude de faisabilité d'un troisième lien entre Québec et Lévis, estime le député caquiste de Lévis, François Paradis, qui augmente la pression sur le gouvernement.

Le politicien se dit heureux d'assister à la naissance d'une mobilisation régionale en faveur de cette étude promise en campagne électorale. «Les gens le vivent, le problème. Les gens sur le terrain le réclament. Les gens d'affaires le réclament», énumère M. Paradis.

Il fait référence aux grands projets sur la table à dessin du ministère des Transports et des villes de Québec et de Lévis, comme la reconstruction du pont de l'île d'Orléans et le projet de service rapide par bus, et fait valoir l'importance de bien les planifier et d'en maximiser les retombées.

«Pour l'instant, on roule sur rien. On parle de transport collectif, j'en suis, mais il va continuer à y avoir une part d'automobilistes qui va continuer à utiliser son automobile, qui vit chaque jour une congestion qui ne date pas d'hier», insiste-t-il.

Cela ne veut pas dire pour autant que le représentant de la Coalition avenir Québec soit nécessairement prêt à financer un tunnel entre Lévis et Québec. Mais il veut faire le tour de la question et même des autres options - il évoque une tyrolienne - qui pourraient s'avérer pertinentes.

«Je le dis et je le répète. Ce qu'on souhaite, c'est que l'étude se fasse. Il n'est pas question actuellement de sortir des deniers publics, compte tenu du contexte, sur un projet qui ne tiendrait pas la route ou n'est pas dans nos moyens. Mais identifions les pistes de solutions», martèle-t-il.

M. Paradis croit que les libéraux, qui ont l'intention de s'exécuter d'ici la fin de leur mandat, ne gagnent rien à attendre. «La faire maintenant au coût d'aujourd'hui ou la faire dans deux ans, on ne sauvera pas une cenne là et au bout du compte, le devis ne sera pas différent», fait-il valoir.

Le député de Lévis entend relancer prochainement, en personne, le ministre des Transports, Robert Poëti. Il compte aussi sur la pression populaire pour porter le message.

Ces dernières semaines, M. Poëti s'en est tenu à la position selon laquelle son gouvernement respectera sa promesse d'étude d'ici la fin de son mandat, en 2018.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer