Québec et Lévis visent un service rapide par bus de 38 km

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Québec et Lévis veulent se doter d'un service rapide par bus (SRB), où des autobus biarticulés circuleraient sur des plates-formes aménagées au centre de la chaussée. Ce réseau de 38 kilomètres, qui serait complété pour 2025, coûterait au moins un milliard de dollars et pourrait éventuellement être transformé pour accueillir un tramway. 

Selon les études, le SRB n'aurait pas d'effet... (Photothèque Le Soleil) - image 1.1

Agrandir

Selon les études, le SRB n'aurait pas d'effet sur la croissance de la population, mais les déplacements en transport en commun augmenteraient deux fois plus vite que les déplacements en général à l'horizon 2041.

Photothèque Le Soleil

L'étude de faisabilité sur le tramway/SRB a été dévoilée lundi. Elle résume une quarantaine d'analyses réalisées au cours des trois dernières années par quatre consortiums privés sous la supervision du Réseau de transport de la Capitale (RTC). 

Sans surprise, l'option du tramway a été évacuée, bien que les auteurs continuent de penser qu'il s'agit toujours de «la meilleure solution à long terme». Le SRB permettrait tout de même de faire passer le nombre de déplacements quotidiens en transport en commun de 146 000 à 214 000 dans la région de Québec, une augmentation deux fois supérieure à la croissance attendue de la population à l'horizon 2041.  

Les maires de Québec et de Lévis, Régis Labeaume et Gilles Lehouillier, disent faire «un choix éclairé et pragmatique qui respecte la capacité de payer des gouvernements». La réalisation par phases est le plus grand avantage du SRB, font-ils ressortir. Les autobus peuvent continuer de rouler sur les voies réservées ou régulières en attendant de transférer en site propre alors qu'un tramway doit être complété avant de lancer les rames sur les rails. 

«Comme c'est "phasable", c'est flexible. On peut s'ajuster aux possibilités financières du gouvernement. Et ça, c'est majeur. Je pense que ça va faire en sorte qu'on va commencer le projet. On sera peut-être les premiers au Québec, à part le métro de Montréal, à démarrer un vrai gros projet de transport collectif», s'est enthousiasmé lundi le maire Labeaume. 

Le prix continue d'être un argument de taille. Le tramway coûterait deux milliards de dollars à mettre en place tandis que la facture d'un SRB de base est évaluée à 919 millions $. «Les coûts d'immobilisation vont du simple au double», fait remarquer Liguori Hinse, homme de confiance du maire en matière de mobilité durable. Les coûts d'exploitation sont assez semblables, entre 43 et 46 millions $ par année. 

Québec et Lévis visent un peu plus haut. Il est question d'un SRB fiabilisé, où les infrastructures souterraines (aqueduc et égout) sont repoussées sur le côté des voies réservées pour éviter d'avoir à creuser et de nuire au service dans le cas d'un bris. Le SRB évolutif prévoit en plus une plateforme de béton plus épaisse pouvant éventuellement accueillir des rails et donc un tramway. Le prix grimpe d'une centaine de millions de dollars pour chaque option. 

Le tramway n'est pas complètement sorti du décor, car le SRB et ses bus biarticulés hybrides de 150passagers circulant aux trois minutes suffiront amplement à combler la demande de transport en commun en 2026, mais la capacité sera insuffisante à trois points importants du réseau (pont de Québec, boulevard Laurier et côte d'Abraham) dès 2041. 

Jacques C. Bédard, directeur de projet pour le RTC, a fait valoir lundi qu'il valait mieux être en sous-capacité après 15 ans qu'en surcapacité pendant 20 ans, d'autant que la facture initiale est moitié moindre. 

Les prochaines études doivent déterminer le type de SRB dont Québec et Lévis ont besoin, mais le maire Labeaume a déjà fait son nid. Selon lui, un SRB fiabilisé serait suffisant, car il est loin d'être acquis que le tramway s'imposera, même en 2041. «Il faut mettre de très gros points d'interrogation parce que dans 25 ans, quel sera l'état de la technologie dans le transport collectif, on n'en sait trop rien», a-t-il fait remarquer lundi. 

Même tracé

Le tracé retenu est pratiquement le même que celui prévu pour le tramway. Le SRB desservirait Lévis, minimalement du siège social de Desjardins jusqu'au pont de Québec, puis emprunterait le boulevard Laurier et bifurquerait vers le boulevard Charest pour gagner Saint-Roch, puis d'Estimauville. Cette portion serait en grande partie accessible pour 2022. Une seconde ligne reliant Charlesbourg au Grand Théâtre s'ajouterait en 2025. 

Des sections supplémentaires seront également mises à l'étude du côté de Lévis, dans le secteur des Rivières (route 116 à Saint-Nicolas) dans l'ouest et jusqu'à Monseigneur-Bourget dans l'est. 

Tout du long, il y aurait 60 stations, dont 10 pôles d'échanges où les usagers pourraient attendre au chaud, se restaurer et se divertir. Des maquettes futuristes ont été présentées pour D'Estimauville, le secteur de l'amphithéâtre, Saint-Roch ou encore Desjardins et Chaudière à Lévis. 

Les maires ont promis des gains de confort et de temps pour les usagers. Avec le corridor réservé du SRB et la priorité aux feux de circulation, la vitesse serait constante autour de 23 kilomètres/heure, a fait valoir Gilles Lehouillier, qui a expérimenté le service en France et est revenu enchanté. Par rapport aux Métrobus, parcours vedettes du RTC, l'amélioration serait de 35 à 50 %. 

Loin de renier la place de l'auto à Québec, les maires ont fait savoir que les voies de circulation automobile seraient préservées sur 92% du parcours. Il y aurait même des ajouts, sur le boulevard Laurier notamment, où les voitures récupéreraient les voies réservées transférées au centre. Une voie supplémentaire est également prévue sur la rue Saint-Vallier entre le boulevard Langelier et la côte d'Abraham pour compenser la perte d'espace sur le boulevard Charest. 

Le maire Labeaume a insisté pour dire que le chantier du SRB serait également «beaucoup moins douloureux pour la population», car réalisé par phases. 

La prochaine étape est de créer un bureau de projet avec des représentants des villes de Québec et de Lévis et du ministère des Transports du Québec, qui accoucheraient de plans et de devis pour 2019. 

Le ministre responsable de la Capitale-Nationale, Sam Hamad, qui a assisté au discours des maires devant l'Association québécoise des transports (AQTR), a déjà acquiescé à cette demande. Le libéral a bien accueilli l'abandon du tramway, qu'il avait appelé de ses déclarations, mais n'a pas voulu dire si son gouvernement s'engageait à ramasser 100 % de la facture des immobilisations, comme le réclament les élus municipaux. 

«L'avantage de cette solution-là, on peut la réaliser sur plusieurs étapes», a plutôt relevé M. Hamad. «Ça fait l'affaire du gouvernement bien sûr dans le contexte économique», a-t-il ajouté. 

De passage à New Richmond, en Gaspésie, le ministre des Transports Robert Poëti a été avare de commentaires sur le projet de lien Québec-Lévis et sur la possibilité que les équipements soient achetés en Belgique. «On a eu la présentation il y a deux semaines. C'est fort intéressant. On vient de prendre connaissance de l'étude. On va l'analyser, la regarder et on va revenir aux élus le plus rapidement possible», s'est-il contenté de dire.

>> Album photos préparé par la Ville de Québec

Le tracé étudié, comme déterminé dans le Plan... (Ville de Québec) - image 3.0

Agrandir

Le tracé étudié, comme déterminé dans le Plan de mobilité durable, avec un prolongement à l'est sur la rive-sud jusqu'au pôle Desjardins

Ville de Québec

***

Nos journalistes Valérie Gaudreau, Stéphanie Martin et Annie Morin ont suivi le dévoilement de l'étude sur le tramway et le Service rapide par bus (SRB). Relisez ce qu'elles en ont rapporté.

Live Blog L'avenir du transport collectif en direct
Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer