Nouvelle cure minceur pour l'avion-hôpital

En novembre, Le Soleil révélait que l'avion-hôpital était... (Photo fournie par le CHU de Québec)

Agrandir

En novembre, Le Soleil révélait que l'avion-hôpital était trop lourd pour pouvoir se poser ou décoller de plusieurs pistes lorsqu'elles sont mouillées ou enneigées.

Photo fournie par le CHU de Québec

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le nouvel avion-hôpital du gouvernement du Québec subit une deuxième cure d'amaigrissement. Le Service aérien gouvernemental (SAG) veut augmenter ses chances d'atterrir aux quatre coins de la province, peu importe le temps qu'il fait.

Olivier Cantin, porte-parole du Centre de services partagés du Québec (CSPQ), de qui relève le SAG, a confirmé au Soleilque le Challenger CL-601, connu sous les lettres d'appel C-GURG, faisait l'objet de travaux.

En plus de l'inspection routinière prévue au calendrier, des tests d'intégrité de la structure sont réalisés ainsi que des réparations mineures sous garantie de Bombardier, entreprise québécoise qui a fabriqué et transformé l'appareil servant aux évacuations aéromédicales. De nouveaux fauteuils sont installés pour l'équipe médicale, des indicateurs d'altitude aussi. «Rien qui sort de l'ordinaire», assure M. Cantin.

La deuxième phase de réduction du poids de l'avion a également été enclenchée. Celui-ci doit peser 300 livres (136 kilogrammes) de moins au bout du compte. Le réservoir d'essence auxiliaire pour les vols transatlantiques a été enlevé, car il ne sera jamais requis. Des radios et un réfrigérateur inutilisés sont aussi retirés.

En novembre,Le Soleil révélait que le nouvel avion-hôpital, rééquipé et réaménagé pour 19,5 millions $, est trop lourd pour décoller ou se poser sur plusieurs pistes de l'est et du nord de la province dès lors qu'elles sont mouillées ou enneigées. Il faut alors faire appel aux appareils plus anciens pour transporter les malades.

Lourd équipement

Lors de sa livraison, à la fin de l'été dernier, la plus récente acquisition affichait un surpoids de 1500 à 2000 livres par rapport aux autres Challenger. La faute était mise sur les équipements médicaux ultramodernes dont il est doté, choisis sans égard pour le poids.

À l'automne, une meilleure gestion de l'inventaire de matériel médical a permis d'abaisser de 575 livres (260 kg) le poids de C-GURG. Près de la moitié de l'écart est donc résorbé. «S'il y a encore des choses qu'on peut améliorer par rapport au poids, on va le travailler avec Bombardier», précise M. Cantin.

Celui-ci ne cache pas que le SAG espère pouvoir décoller et atterrir plus facilement dans des conditions météorologiques défavorables. La diminution du poids «permet que l'appareil soit plus maniable et optimise son efficacité sur le terrain, en vol ou en atterrissage», dit le porte-parole.

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, avait banalisé le surplus de poids de l'avion-hôpital cet automne, faisant valoir que tous les Challenger étaient soumis à des restrictions.

Nos sources considèrent plutôt que l'opération en cours confirme une problématique réelle. Elles ajoutent que les dernières interventions ne font pas une grosse différence, car le poids estimé de l'appareil est toujours arrondi à l'unité de mille supérieure.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer