Travaux sur l'échangeur le plus achalandé de Québec dès ce printemps

L'autoroute Félix-Leclerc à Québec... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

L'autoroute Félix-Leclerc à Québec

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'échangeur le plus achalandé de la région de Québec, celui qui fait le pont entre les autoroutes Laurentienne (73) et Félix-Leclerc (40), sera reconstruit au cours des deux prochaines années. L'appel d'offres a été lancé mardi. La circulation sera perturbée dès ce printemps.

Le ministre des Transports, Robert Poëti, et son collègue responsable de la Capitale-Nationale, Sam Hamad, ont souligné la publication des documents d'appel d'offres dans un communiqué de presse conjoint où ils ont mis de l'avant le «rôle stratégique» de ces structures rendues au bout de leur vie utile.

Il passe 210 000 véhicules par jour dans le secteur, soit facilement 50 000 de plus qu'à la tête des ponts. La circulation y est souvent dense, les bouchons fréquents, principalement aux heures de pointe.

Guillaume Paradis, porte-parole du MTQ, indique que l'échangeur sera reconstruit pratiquement à l'identique. Seront toutefois corrigées les courbes successives de la bretelle de l'autoroute Laurentienne sud qui permet d'accéder à Félix-Leclerc ouest.

Les ponts d'étagement seront en chantier à tour de rôle. En 2015, c'est la structure en direction ouest qui sera refaite et donc bloquée. La circulation sera concentrée de l'autre côté. Cinq voies de circulation, trois dans le sens de la pointe et deux dans l'autre, seront accessibles en tout temps.

«Une glissière en béton à déplacement rapide sera utilisée pour modifier la configuration en fonction des besoins», a indiqué hier M. Paradis. Le «zipper», comme on l'appelle communément, a été fort utile sur les chantiers des autoroutes Duplessis et Robert-Bourassa au cours des dernières années.

En 2016, les ouvriers transféreront en direction est tandis que les véhicules emprunteront la structure nouvellement construite.

Les entraves sur Laurentienne devraient être minimes puisque les ingénieurs ont opté pour un modèle de viaduc à longue portée (80 mètres) avec pile centrale et poutres d'acier, a expliqué le porte-parole du MTQ.

Des travaux de préparation de 1,8 million $ ont également été réalisés à l'automne. Ils ont permis d'élargir la chaussée pour ajouter des voies et favoriser l'écoulement du trafic.

Les travaux devraient coûter entre 40 et 50 millions $. L'appel d'offres, qui s'adresse aux entrepreneurs possédant la qualification «structures complexes», se termine le 10 mars. Le chantier devrait donc se mettre en branle tôt au printemps.

Québec a déjà accordé des contrats de 10,7 millions $ pour la conception, la préparation et la surveillance du chantier ainsi que le contrôle des matériaux de ce chantier majeur pour la capitale.

Une fois l'échangeur refait, le MTQ procédera à la réfection de l'autoroute Laurentienne jusqu'en 2019. Il n'est pas question de voies réservées au transport en commun pour le moment, selon M. Paradis.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer