Trop de tramway, pas assez de développement durable, juge l'opposition

«Depuis que le maire Labeaume nous parle de... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

«Depuis que le maire Labeaume nous parle de mobilité durable, les citoyens de Québec n'ont jamais perdu autant de temps dans le trafic. Depuis que le maire Labeaume nous parle de densification, l'étalement urbain se poursuit de plus belle», a dénoncé la conseillère Anne Guérette.

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'opposition à l'hôtel de ville de Québec considère que le maire Régis Labeaume a trop parlé de tramway et pas assez de mobilité durable depuis la publication du plan en 2010 et demande des précisions.

Démocratie Québec a calculé que l'administration Labeaume a dépensé 2 millions $ en salaires de consultants, en papeterie et en voyages pour produire et faire le suivi du plan de mobilité durable. En incluant les 5,7 millions $ investis dans l'étude sur le tramway, élargie pour inclure l'hypothèse d'un service rapide par bus, ils estiment que les citoyens ont été privés de 8 millions $ qui auraient pu servir au développement des transports collectifs et actifs.

«Depuis que le maire Labeaume nous parle de mobilité durable, les citoyens de Québec n'ont jamais perdu autant de temps dans le trafic. Depuis que le maire Labeaume nous parle de densification, l'étalement urbain se poursuit de plus belle», a dénoncé la conseillère Anne Guérette.

Celle-ci aurait aimé voir naître davantage de pistes cyclables, pousser des écoquartiers, monter les chiffres de fréquentation du Réseau de transport de la Capitale.

Paul Shoiry, à ses côtés, a critiqué le déneigement et l'entretien des trottoirs, qui freinent les piétons selon lui. Il est revenu sur le «vélo boulevard», désormais désigné sous le nom de corridor Père-Marquette, pour dire qu'«entre vous et moi, ça ne répond pas aux besoins des utilisateurs des pistes cyclables et n'est pas relié à aucun grand réseau».

L'opposition estime qu'il vaudrait mieux faire «plein de petites choses» que de concentrer les efforts municipaux sur un nouveau mode de transport collectif lourd. «Depuis le début, on parle trop juste de tramway», a dénoncé Mme Guérette, qui trouve la facture de 2 milliards $ élevée. «Il y a plein de choses qu'on pourrait faire avec quelques millions de dollars», a-t-elle insisté.

La conseillère de Démocratie Québec veut que «le maire fasse part aux citoyens de Québec c'est quoi sa direction en matière de mobilité durable, où est-ce qu'on s'en va, comment on va agir pour que nos citoyens puissent circuler sur le territoire de la ville sans être pris dans les bouchons de circulation qui augmentent toujours».

Le porte-parole du maire n'a pas mis de temps à réagir. «Ils auront les réponses le 2 mars», a fait remarquer Paul-Christian Nolin. Régis Labeaume dévoilera ce jour-là l'étude de faisabilité du tramway et pourrait présenter des options pour le transport collectif.

M. Nolin ne s'est pas gêné pour critiquer la sortie des conseillers de l'opposition. Il a déclaré que leur travail était «soit amateur, soit de mauvaise foi». L'administration Labeaume estime avoir fait beaucoup pour la mobilité durable en tablant notamment sur les voies réservées, le covoiturage et le gestionnaire artériel.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer