Mort du tramway: Accès transports viables dénonce «l'improvisation»

«Pour nous, ça démontre une improvisation, un manque... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

«Pour nous, ça démontre une improvisation, un manque de sérieux qu'on juge inapproprié dans le cadre d'un projet aussi structurant pour la ville de Québec», a réagi jeudi Étienne Grandmont, directeur général d'Accès transports viables, qui a toujours été l'un des plus ardents défenseurs de cette option.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Il n'est ni sérieux ni normal que le rideau soit tombé sur le tramway avant la publication de l'étude de faisabilité, dénonce Accès transports viables.

«Pour nous, ça démontre une improvisation, un manque de sérieux qu'on juge inapproprié dans le cadre d'un projet aussi structurant pour la ville de Québec», a réagi jeudi Étienne Grandmont, directeur général de l'organisme, qui a toujours été l'un des plus ardents défenseurs de cette option.

«Ce sont les conclusions d'une étude dévoilées sans justification autre que "on n'a pas les moyens" alors qu'on sait que le paradigme de financement a changé récemment avec l'annonce de l'entente entre la Caisse de dépôt [et placement du Québec] et le gouvernement [provincial]», a-t-il poursuivi.

Le dirigeant de l'organisme demande pour la énième fois à l'administration Labeaume de revenir au plan de mobilité durable, publié à l'automne 2011, qui faisait du tramway la «colonne vertébrale» d'un système de transport en commun renouvelé.

«Depuis 2011, on a fait beaucoup pour l'automobile, il y a peu de choses qui ont été faites pour le vélo et là on vient de mettre le tramway dans un cercueil. Est-ce qu'on a toujours en tête les objectifs du plan de mobilité durable et est-ce que c'est toujours ça qui est visé par la Ville de Québec? On l'espère», lance M. Grandmont. «Pour l'instant, c'est juste des signaux négatifs qui sont envoyés.»

Celui-ci tient à rappeler qu'Accès transports viables a fait le choix du tramway en s'appuyant sur des critères objectifs, dont la taille et la densité de la population, l'achalandage anticipé et la faiblesse des coûts d'exploitation.

M. Grandmont met d'ailleurs en garde contre la tentation d'une stratégie étapiste. Il donne l'exemple d'Ottawa, qui a d'abord misé sur un service rapide par bus et qui se convertit maintenant au tramway. «Ils se rendent compte finalement qu'ils auraient dû faire le tramway dès le départ parce que ça coûte plus cher de le faire en deux étapes» et que «sur le long terme, c'est plus rentable», dit-il.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer