Le tramway est mort, confirme Labeaume

Les croquis de tramway présentés au fil des... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Les croquis de tramway présentés au fil des ans demeureront à l'état de croquis, Régis Labeaume ayant confirmé jeudi que le projet de tramway à Québec est relégué aux oubliettes. Le maire a toutefois ajouté qu'une solution de rechange serait présentée à la population sous peu.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le tramway Labeaume
Le tramway Labeaume

L'arrivée du tramway transformera profondément la capitale, anticipe le maire Régis Labeaume. Présenté le 10 juin 2010, le projet qui coûterait 1,5 milliard$ favoriserait les écoquartiers et la densification de la ville. Le maire espère que Québec pourra prendre le tramway en 2020, à temps pour de futurs Jeux olympiques. »

Valérie Gaudreau, Stéphanie Martin
Le Soleil

(Québec) «Je pense que personne ne sera surpris d'apprendre qu'il n'y a plus de tramway.» Confirmant ce qui se dessinait au terme d'une rencontre avec les ministres Sam Hamad et Robert Poëti en matinée, le maire Régis Labeaume a officiellement cloué le cercueil du projet de tramway à Québec.

Régis Labeaume a rencontré les journalistes jeudi en impromptu de presse en marge d'une annonce d'investissement pour l'aménagement de la cour de l'école secondaire Vanier.

«On a travaillé fort pour trouver une alternative parce qu'une fois que tu dis que tu n'as plus de tramway, c'est pas évident. Alors, on leur a présenté ça aujourd'hui [aux ministres] et je pense qu'ils ont beaucoup aimé.»

Cette «alternative» sera présentée à la population au début du mois de mars, a annoncé M. Labeaume. «J'ai bien hâte de la montrer parce que je l'aime beaucoup», a laissé tomber le maire.

Déjà l'an dernier, il avait marqué une préférence pour l'implantation de système rapide par bus, moins coûteux que le tramway. En avril 2014, le Réseau de transport de la Capitale (RTC) avait d'ailleurs payé 740 000 $ de plus pour inclure le scénario d'un service rapide par bus dans l'étude de faisabilité du tramway.

Mais, jeudi, M. Labeaume n'a pas voulu s'avancer sur le modèle de transport retenu comme solution de rechange. «Attendez la première semaine de mars», a-t-il martelé devant l'insistance des journalistes. «Je ne vais pas me scooper moi-même. Ce serait bête.» M. Labeaume assure toutefois qu'il s'agit d'un projet de transport «responsable et pragmatique».

Sans être plus précis, le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, qui a participé aussi à l'étude de faisabilité, a évoqué «trois ou quatre autres scénarios qui sont sur la table».

«À mon avis, en mars, ça va être un événement historique, fantastique, au niveau du transport collectif», s'est-il enthousiasmé.

«Il a toujours été évident qu'on devait tenir compte de la capacité de payer du gouvernement», a dit M. Labeaume. Le maire de Québec, qui a par le passé vivement défendu l'idée d'un tramway pour la capitale, a refusé de parler de la fin d'un rêve.

«Le rêve, c'est qu'on ait un projet de mobilité qui marche. Alors voilà. Le tramway, ça fait un moment qu'on a mis un X dessus», a-t-il dit.

Les ministres évoquent la fin

Plus tôt dans la journée, Le Soleil avait croisé Sam Hamad et Robert Poëti à l'hôtel de ville de Québec. Ils sortaient d'une rencontre privée avec les maires de Québec et de Lévis, qui leur avaient justement présenté les conclusions de leur étude de faisabilité du tramway. Au sortir de la rencontre, les premiers commentaires laissaient déjà présager l'abandon du projet de tramway.

«Le tramway, c'est trop cher», avait réaffirmé Sam Hamad, ministre responsable de la Capitale-Nationale, lorsque questionné à savoir si ce moyen de transport figurait toujours dans les plans au terme de l'étude de faisabilité financée par le gouvernement au coût de 5 millions $.

«Le tramway, on n'a pas les moyens. On a toujours dit qu'on n'avait pas les moyens», avait soutenu M. Hamad.

Le ministre des Transports, Robert Poëti, s'était quant à lui dit très satisfait au terme de la rencontre. «C'est toujours agréable de travailler avec le maire de Lévis et le maire de Québec. On est assis ensemble, et ça change toute la synergie pour pouvoir réaliser des projets importants pour les citoyens.»

Labeaume au fil des ans...

Août 2008: «Il m'arrive d'avoir des brins de folie. Mais le tramway, c'est une grosse folie.»

Juin 2010: «J'ai fait mon chemin de Damas. [Je suis parti] avec un préjugé défavorable au tramway. Ce qui était important, c'était de tester tous les modes de transport sur lesquels on pouvait tabler. Une fois fait cet exercice, le tramway s'imposait.»

Septembre 2012«Il n'est pas question de coercition envers les automobilistes. [...] Le plan de mobilité de la Ville de Québec inclut totalement une fluidité des artères. Une fluidité pour l'auto. C'est pas juste le tramway, c'est pas juste les voies rapides. C'est aussi des grandes artères. C'est essentiel.»

Septembre 2013«La finalité du plan de mobilité durable, c'est la mobilité et le tramway n'est qu'un moyen.»

Septembre 2014«Il n'y a pas d'argent pour le tramway ces prochaines années. Ça me semble évident. Ça, on le sait.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer