Radars photo: 10 mètres pour ralentir...

L'obligation d'annoncer au moins deux fois un radar... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

L'obligation d'annoncer au moins deux fois un radar photo mobile (trois sur les autoroutes) demeure.

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le dernier panneau annonçant la présence d'un radar photo mobile est désormais installé à moins de 10 mètres de l'endroit précis où la vitesse est contrôlée. Les automobilistes sont ainsi mieux informés, plaide le ministère des Transports du Québec (MTQ). Ils ont aussi moins de temps pour appuyer sur la pédale de frein...

Les normes de signalisation ont été modifiées en décembre, indique Sarah Bensadoun, porte-parole du MTQ. L'obligation d'annoncer au moins deux fois un radar photo mobile (trois sur les autoroutes) demeure. Le premier panneau est installé à l'entrée de la zone de surveillance, qui peut s'étendre sur quelques kilomètres. Le second est placé plus proche du point de contrôle.

L'ancienne norme prescrivait une distance de 65 mètres quand la vitesse permise était de 50 kilomètres à l'heure et de 130 mètres quand la limite était fixée à 70 kilomètres à l'heure. Le panneau indique désormais la présence d'un radar photo mobile à moins de 10 mètres, peu importe la limite de vitesse affichée. «Ça permet d'uniformiser pour tous les tronçons», résume Mme Bensadoun, parlant d'une décision «mûrement réfléchie».

Trente-sept nouveaux radars photo feront bientôt leur apparition le long des routes du Québec, dont 18 mobiles qui seront principalement utilisés par des municipalités. Québec, Gatineau, Longueuil et Laval participeront au projet pilote de contrôle automatisé de la vitesse dans les quartiers résidentiels.

Pour les policiers qui installent les appareils mobiles, montés sur des camionnettes, les nouvelles normes sont plus faciles à appliquer, poursuit la porte-parole du MTQ.

Celle-ci fait également valoir que les usagers de la route sont dorénavant mieux informés. «Certains se plaignaient qu'ils ne savaient pas où se trouvait vraiment le radar», relate Mme Bensadoun.

D'autres se plaindront maintenant de voir le cinémomètre photographique à la dernière minute. Avec au plus 10 mètres à parcourir, il est impossible pour un conducteur en infraction de ralentir suffisamment pour éviter la contravention.

Coup de frein

Le coup de frein est un réflexe fréquemment constaté à l'approche d'un point de contrôle. Les automobilistes s'empressent de décélérer pour éviter la photo et une fois le radar dépassé, ils appuient à nouveau sur le champignon. Les détracteurs de cette méthode de contrôle de la vitesse, incluant les policiers, se servent d'ailleurs allègrement de cet argument pour dénigrer son efficacité.

À l'automne, le ministre des Transports du Québec, Robert Poëti, a manifesté le désir de «respecter l'entente qu'on a avec les citoyens du Québec» et remis de l'ordre dans l'affichage des radars photo sur les chantiers routiers. Désormais, quand il y a un panneau d'avertissement, il y a bel et bien un radar photo mobile en activité.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer