Les actionnaires du CN Labeaume et Lehouillier iront à Memphis

Le pont de Québec... (Photothèque Le Soleil, Caroline Grégoire)

Agrandir

Le pont de Québec

Photothèque Le Soleil, Caroline Grégoire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) C'est en tant qu'actionnaires que les maires de Québec et de Lévis se rendront à l'assemblée annuelle du CN à Memphis, au Tennessee, en avril, pour réclamer une nouvelle peinture pour le pont de Québec. Qu'importe que ce titre ne soit pas requis pour parler au micro.

«L'objectif, c'était d'être présents à l'assemblée générale, et nous y serons», a assuré hier Paul-Christian Nolin, l'attaché de presse de Régis Labeaume.

Le conseil municipal de Québec a adopté lundi une résolution autorisant l'achat de 5000 $ d'actions du CN. Lévis a débloqué 2500 $ aux mêmes fins. Les maires ont fait valoir qu'ils pourraient ainsi prendre la parole à la prochaine assemblée des actionnaires et demander officiellement la restauration du vieux pont de Québec rouillé, propriété du CN.

Or, la compagnie ferroviaire a aussitôt fait savoir qu'il n'était pas nécessaire de posséder des actions pour se faire entendre à l'assemblée annuelle, qui se tiendra le 21 avril à Memphis, au Tennessee, où le CN possède une filiale.

«On est prêts. On est sérieux dans notre démarche. Pour qu'ils réagissent dès hier [lundi], ça montre que notre action a quand même déjà porté un peu ses fruits», a réagi le porte-parole du maire Labeaume, pas du tout embêté.

Même discours sur la Rive-Sud. Florent Tanlet, attaché de presse de Gilles Lehouillier, affirme que «ça montre clairement qu'on les dérange». «Le CN, ils vont trouver n'importe quoi parce qu'ils ont peur qu'on aille rencontrer les actionnaires», a-t-il déclaré, paraphrasant le maire de Lévis.

En direct sur le web

Le CN plaide plutôt que l'assemblée annuelle n'est plus ce qu'elle était. L'an dernier, une centaine de participants sont allés à la rencontre du conseil d'administration et de la haute direction à Vancouver. Autant de personnes ont pu suivre les échanges en direct sur le Web.

À Memphis, l'assistance risque d'être constituée principalement de petits actionnaires locaux, selon Olivier Chouc, vice-président aux affaires juridiques du CN.

«Les investisseurs institutionnels s'intéressent relativement peu à cet événement, l'information leur étant communiquée dès qu'elle est rendue publique», a-t-il indiqué au Soleil. De façon générale, ces gros investisseurs vont signer des procurations au président du conseil d'administration pour qu'il vote en leur nom. Ce dernier se présente donc à l'assemblée avec 70 % des droits de vote en poche. C'est un «témoignage de leur confiance dans le conseil d'administration et dans la gestion de l'entreprise», soutient M. Chouc.

Les actionnaires du CN avaient jusqu'au 12 décembre pour déposer une résolution à faire voter par l'assemblée. Il reste la possibilité de déposer une proposition le jour même, mais le risque est grand qu'elle soit rejetée, car les administrateurs n'auront pas eu le temps de l'étudier. Il n'est pas clair que les maires de Québec et de Lévis ont considéré cette option.

Pas de forum

Une fois l'assemblée annuelle passée, les actionnaires n'ont pas de forum pour communiquer entre eux. C'est le groupe des relations avec les investisseurs du CN qui répond aux demandes d'information qui surviennent en cours d'année. Il n'existe pas de liste des actionnaires qui soit accessible à un tiers, même s'il est actionnaire lui-même.

L'attaché de presse du maire Labeaume a confirmé qu'aucun contact n'a encore été établi avec les dirigeants du CN qui travaillent à partir de Montréal. C'est le gouvernement fédéral qui les a prévenus à la dernière minute, le 28 novembre, que des fonds publics totalisant 100 millions $ étaient dégagés pour assumer la moitié de la facture des travaux de peinture.

«Ils sont venus à Québec et ils n'ont pas eu quelques minutes pour rencontrer le maire non plus», a souligné M. Nolin, en référence aux contacts entre le CN et les chambres de commerce de Québec et de Lévis. Considérant les réponses «cavalières» obtenues après les interpellations publiques, le cabinet considère que «c'est à eux de prendre contact».

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer