Ste-Anne-de-Beaupré a de grandes visées pour la navette Québec-Charlevoix

Une pause a été décrétée pour le train... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Une pause a été décrétée pour le train touristique du Massif en 2015 afin de laisser toute la place aux trains légers de Réseau Charlevoix.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) Le maire de Sainte-Anne-de-Beaupré, Jean-Luc Fortin, considère que la navette ferroviaire Québec-Charlevoix devrait non seulement ravir les touristes cet été, mais servir éventuellement de train de banlieue pour la Côte-de-Beaupré.

Une pause a été décrétée pour le train touristique du Massif en 2015 afin de laisser toute la place aux trains légers de Réseau Charlevoix, qui feront la navette entre Québec et La Malbaie avec cinq arrêts tout du long.

C'est à Sainte-Anne-de-Beaupré que les voyageurs en provenance des chutes Montmorency, point de départ de la ligne, pourront d'abord arrêter. Il n'y a pas de gare pour l'instant, mais de l'espace pour en aménager une. Le chemin de fer passe entre la basilique et le musée, lui-même situé dans une mer de stationnements.

C'est là, en plein coeur de l'action, que M. Fortin verrait descendre les touristes. «Il y a déjà eu une gare là», rappelle-t-il. Des discussions sont déjà entamées entre Réseau Charlevoix et les gestionnaires du sanctuaire pour penser les lieux, a révélé mercredi le politicien, qui est aussi préfet de la MRC de la Côte-de-Beaupré.

Bernard Paré, directeur général du CLD, estime aussi que cet emplacement serait «très structurant» dans la mesure où Sainte-Anne-de-Beaupré souhaite revitaliser son centre-ville et rebâtir son quai à proximité.

Le vieux rêve de la Côte-de-Beaupré

Pour le maire Fortin, ce projet a également l'avantage de remettre à l'avant-scène le vieux rêve de train de banlieue que caresse La Côte-de-Beaupré. Selon lui, un succès estival pourrait ouvrir la voie à un concept plus classique de transport collectif à l'année. «On a une vision plus large» que la navette touristique, dit-il. L'élu compte amener le sujet à la table de la Communauté métropolitaine de Québec (CMQ) et en discuter avec le Réseau de transport de la Capitale (RTC).

Pour M. Paré, le plus important est d'abord de réussir le projet pilote de Réseau Charlevoix. Il sera encore temps d'imaginer une solution pour les travailleurs et les étudiants de la Côte-de-Beaupré qui veulent se rendre quotidiennement à Québec.

Une étude de la CMQ dévoilée en 2012 concluait qu'un train de banlieue serait techniquement faisable, mais trop coûteux pour la MRC. Selon le dg du CLD, «bien de l'eau a coulé sous les ponts» et le transport collectif a gagné en pertinence et en popularité depuis.

Pour le président Rémy Normand, ce n'est pas non plus un projet à court terme: «Moi, ma priorité actuellement avec le RTC, qui est le mandataire de la Ville [de Québec], c'est l'étude SRB [service rapide par bus]-tramway, on planche là-dessus à 100 %.»

Avec Patricia Cloutier

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer