Exclusif

Les wagons de Rocky Mountaineer rénovés à New Richmond

Chaque voiture Goldleaf de Rocky Mountaineer, qui sera... (Photos: Rocky Mountaineer)

Agrandir

Chaque voiture Goldleaf de Rocky Mountaineer, qui sera réparée chez Rail GD de New Richmond, compte 72 personnes à l'étage. Le rez-de-chaussée est muni d'une cuisine autonome et d'une salle à manger. Un ascenseur lie les deux ponts, pour les passagers à mobilité réduite.

Photos: Rocky Mountaineer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Gilles Gagné

Collaboration spéciale

Le Soleil

(New Richmond) Rocky Mountaineer, le plus important exploitant de trains touristiques au monde, a récemment confié la refonte complète de l'intérieur de deux de ses voitures passagers à la firme gaspésienne Rail GD, de New Richmond.

Joey Cyr, Chris Owen, Gord Miller et Gilles... (Collaboration spéciale Gilles Gagné) - image 1.0

Agrandir

Joey Cyr, Chris Owen, Gord Miller et Gilles Babin se rencontrent quelques fois pendant le contrat de refonte des voitures pour vérifier la progression des travaux. 

Collaboration spéciale Gilles Gagné

Dans la voiture 9505, tout a été ramené... (Collaboration spéciale Gilles Gagné) - image 1.1

Agrandir

Dans la voiture 9505, tout a été ramené au métal, mis à part les fenêtres, avant de refaire l'intérieur, selon les instructions données par Gord Miller, de Rocky Mountaineer, et Chris Owen, de Canarail. 

Collaboration spéciale Gilles Gagné

Les travaux ont débuté à la fin d'octobre sur les voitures panoramiques à deux étages. Rocky Mountaineer avait confié un prototype à Rail GD il y a un an, et en était satisfait. Suivant les travaux courants, 13 autres voitures panoramiques suivront à New Richmond d'ici mars 2018, pour une refonte des 16 voitures de type Goldleaf de Rocky Mountaineer.

Le vice-président de cette firme basée à Vancouver, Gord Miller, ne dévoile pas l'ampleur de la somme injectée pour les améliorations apportées aux 16 voitures, mais il précise «qu'il s'agit du plus important investissement en capital de l'histoire de la compagnie».

Rocky Mountaineer célèbre ses 25 ans en 2015. La compagnie a attiré un million de passagers pendant ses 18 premières années d'existence, et son second million au cours des six dernières années. Cette croissance justifie l'investissement de plusieurs millions de dollars dans les voitures Goldleaf.

«Nous disposons de très peu de temps d'arrêt entre le moment d'arrivée de nos trains et leur départ. Nous avons six heures. Il y a alors énormément d'activité [pour nettoyer, regarnir et entretenir les voitures]. Avec la demande actuelle, nous ne pouvons laisser des voitures inactives. Elles doivent rouler. Nous n'avons pas le temps de réparer pendant la saison», expliquent M. Miller et Chris Owen, de la firme-conseil Canarail.

Rocky Mountaineer avait mandaté Canarail pour trouver un atelier susceptible de réaménager l'intérieur de ses voitures en fonction d'un tout nouveau design. Rail GD avait réalisé en 2012 un contrat du même genre, mais sur des voitures moins luxueuses.

Un long voyage

Les voitures de Rocky Mountaineer parcourent 6000 kilomètres, aller seulement, pour arriver à New Richmond, passant devant d'autres ateliers ferroviaires en chemin. Il y a des dizaines d'ateliers nord-américains plus proches de Vancouver. Quel est le secret de Rail GD?

«Ces gens sont très flexibles, et très conscients de la qualité. Ils ont été aussi flexibles qu'on le voulait dans le processus. Nous n'avons jamais envoyé nos voitures aussi loin que ça [New Richmond]. La distance a un coût mais nous voulons ce qu'il y a de mieux pour notre train», explique Gord Miller.

Rocky Mountaineer a mené des sondages auprès de ses clients pour savoir comment ils ont trouvé leur voyage à bord de la voiture prototype aménagée par Rail GD il y a un an.

«Nous faisons de petits ajustements; ce sont souvent des choses simples : la ventilation, l'éclairage, le confort des sièges», assure M. Miller.

Le passage préalable à ces ajustements est toutefois profond. «Tout est enlevé à l'intérieur; c'est remis au métal. Le chauffage, la ventilation, l'électricité et la plomberie sont repensés, des sièges fabriqués sur mesure en République tchèque seront installés, avec support lombaire, ajustements électriques, adaptateurs pour prises USB et GPS», note M. Miller.

Chaque voiture Goldleaf compte 72 personnes à l'étage. Le rez-de-chaussée est muni d'une cuisine autonome et d'une salle à manger. Un ascenseur lie les deux ponts, pour les passagers à mobilité réduite.

Vancouver, Banff, Jasper, Calgary et Seattle, dans l'État de Washington, constituent certaines des destinations le plus prisées par les clients de Rocky Mountaineer, qui viennent d'un peu partout dans le monde.

«Une carte de visite extraordinaire»

«C'est très prestigieux pour nous de travailler pour ce client. C'est une carte de visite extraordinaire. On travaille pour l'un des cinq meilleurs trains de la planète, selon le National Geographic», s'exclame Gilles Babin, président de Rail GD, à propos de Rocky Mountaineer.

«Je pense fermement qu'il se fera ici des wagons, de A à Z, dans deux ou trois ans», ajoute M. Babin. «Ce serait une progression normale [...] Si on reçoit un mandat de ce genre, nous serons capables. On arrive à un niveau où on peut suivre ce genre d'instruction», poursuit Joey Cyr, directeur général de Rail GD, une autorité en matière de réparation ferroviaire.

L'atelier de 4 millions $ de Rail GD a ouvert ses portes en mai 2012, pour réaliser la refonte de voitures passagers pour le compte du chemin de fer de Rio Tinto, puis celles du train touristique Amiral en 2013. «Il y avait un marché non comblé pour les travaux sur un petit nombre d'unités. Les grands ateliers n'iront pas faire une chaîne de montage pour quatre wagons», signale de plus Joey Cyr.

Trente-six personnes s'affairent sur les voitures de Rocky Mountaineer à New Richmond, à livrer avant la fin de mars. La saison débute en avril.

Rail GD a ouvert une petite division pour fabriquer les meubles qui trouveront une place dans ces voitures. «C'est un fournisseur qu'on contrôle. On a juste besoin de marcher 40 pieds», dit M. Cyr, qui note qu'il est parfois difficile pour un petit joueur de trouver de l'approvisionnement. «Des fournisseurs se retirent parce qu'on demande trop de qualité.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer