Disparition d'un avion d'AirAsia: probable crash en mer

Un avion de la compagnie AirAsia... (PHOTO ARCHIVES AFP)

Agrandir

Un avion de la compagnie AirAsia

PHOTO ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
et Agence France-Presse
Associated Press
JAKARTA

L'avion d'AirAsia parti samedi d'Indonésie pour Singapour avec 162 personnes à son bord est probablement «au fond de la mer» de Java, a indiqué dimanche le chef de l'agence nationale indonésienne de recherches et de secours.

«Compte tenu des informations en notre possession et de l'évaluation selon laquelle le lieu supposé de l'écrasement est dans la mer, l'hypothèse est que l'avion est au fond de la mer. C'est une impression préliminaire qui peut se développer avec les évaluations du résultat des recherches», a déclaré Bambang Soelistyo, lors d'une conférence de presse.

Il a ajouté que l'Indonésie n'avait pas «les outils» requis, tels des sous-marins nécessaires pour retirer un avion du fond de la mer, mais que le pays ferait appel à d'autres États au besoin.

«Compte tenu de notre manque de technologie, j'ai travaillé en coordination avec notre ministre des Affaires étrangères pour pouvoir emprunter [des moyens] à d'autres pays qui ont proposé de l'aide. Il s'agit du Royaume-Uni, de la France et des États-Unis», a-t-il dit.

En attendant, les recherches ont repris cette nuit pour retrouver l'Airbus A320-200, porté disparu peu après son décollage de Surabaya, dans l'est de l'île de Java, alors qu'il rencontrait de mauvaises conditions météorologiques. Il s'agit du troisième drame de l'année pour l'aviation civile malaisienne.

Le premier amiral Sigit Setiayana, commandant du Centre de l'aviation navale à la base de Surabaya, a précisé que 12 navires, cinq avions, trois hélicoptères et quelques navires de guerre participent aux opérations, de même que des navires et des avions de Singapour et de la Malaisie.

Il a affirmé que la visibilité était bonne. «Si Dieu le veut, nous le retrouverons bientôt», a-t-il dit à l'Associated Press.

Environ 200 secouristes sont sur les lieux.

Selon les autorités indonésiennes, 42 minutes après son décollage, alors qu'il volait au-dessus de la mer de Java, l'avion a demandé à la tour de contrôle de modifier son trajet en raison du mauvais temps dans le secteur. La communication s'est ensuite rompue.

Aucun signal de détresse n'a été transmis par le pilote indonésien ou par le copilote d'origine française. Les deux hommes étaient expérimentés, selon AirAsia.

L'appareil transportait sept membres d'équipage et 155 passagers, dont 17 enfants. La vaste majorité des passagers étaient des Indonésiens, mais on dénombrait aussi trois Sud-Coréens, un Malaisien et un natif du Royaume-Uni accompagné de sa fille singapourienne.

Durant la journée de dimanche, les recherches aériennes se sont concentrées près de l'île de Belitung, dans la mer de Java.

Quelques heures après la disparition de l'appareil, le vice-président indonésien Jusuf Kalla s'est dit inquiet de la situation. «Il est plus plausible qu'il y ait eu un accident», a-t-il constaté.

Proches dans l'attente

Des dizaines de proches des passagers disparus, visiblement ébranlés, s'étaient rassemblés dimanche à l'aéroport de Surabaya pour tenter de recueillir les dernières informations.

À Surabaya, une femme de 45 ans a déclaré à l'AFP qu'elle avait six membres de sa famille dans l'avion. «Ils allaient à Singapour pour des vacances. Ils ont toujours volé avec AirAsia sans problème. Je suis perturbée par la nouvelle et très inquiète à l'idée que l'avion ait pu s'écraser», a-t-elle dit.

L'avion disparu avait fait l'objet d'une maintenance le 16 novembre, a indiqué AirAsia, qui n'a jamais connu d'accident fatal jusqu'ici.

Une équipe de deux enquêteurs français accompagnée de deux conseillers techniques d'Airbus est partie pour Jakarta. L'Australie a également promis de l'aide pour les enquêtes.

Le gouvernement américain a fait savoir qu'il était prêt à assister si nécessaire les autorités locales. L'Agence américaine de la sûreté des transports (NTSB) a annoncé qu'elle pourrait envoyer des enquêteurs si elle était sollicitée.

Le président américain Barack Obama, qui est en vacances à Hawaï, suit la situation de très près, a indiqué la Maison-Blanche.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer