L'hiver ralentit les activités du port de Québec

Les difficultés dans le secteur des matières premières... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Les difficultés dans le secteur des matières premières expliquent en partie la baisse de rendement du port de Québec.

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) L'hiver rigoureux 2013-2014 a eu des répercussions sur le port de Québec, qui a connu une baisse du tonnage manutentionné de 27 à 24 millions.

L'Administration portuaire de Québec (APQ) explique cette diminution notamment par un retard de près d'un mois pour la reprise du trafic printanier dans le corridor de commerce Saint-Laurent-Grands Lacs. Elle souligne également que le ralentissement généralisé dans le secteur des matières premières a été un facteur déterminanten 2014, notamment pour le minerai de fer et d'autres produits dérivés.

«Compte tenu du contexte, nous sommes satisfaits des résultats de la dernière année», a commenté au Soleil Marie-Andrée Blanchet, porte-parole au port de Québec. «Nous avons connu une hausse appréciable dans le secteur des céréales», qui a connu une augmentation de 40 % par rapport à 2013, avec plus de 3 millions de tonnes manutentionnées.

Pour la saison des croisières, qui a débuté au mois de mai et s'est terminée en novembre, Québec a accueilli 26 navires différents et 109 escales. Près de 180 000 visiteurs ont débarqué dans la capitale; de ce nombre, nous retrouvons 45 000 membres d'équipage et 135 000 croisiéristes. «C'est réellement une solide année pour le Port de Québec. Cela se traduit par des retombées pour l'économie de la région et du Québec», avait alors déclaré le pdg du Port de Québec, Mario Girard.

C'est la troisième année consécutive que le port connaît une hausse du nombre de visiteurs. En 2013, 103 navires et 164 000 visiteurs (passagers et membres d'équipage) avaient été de passage.

Record d'achalandage en octobre

Par ailleurs, le 3 octobre dernier, un record d'achalandage a été établi avec l'accostage de six navires, ce qui représentait plus de 20 000 passagers et membres d'équipage présents sur les quais.

Selon des données de l'APQ, pour la région de la Capitale-Nationale, les dépenses moyennes des croisiéristes sont de 329 $ pour un passager en destination par rapport à 111 $ pour un passager en escale qui passe seulement quelques heures en ville. Le Port de Québec génère des retombées économiques de 25 milliards en valeur de marchandises en transit sur les quais annuellement.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer