Transport collectif en Gaspésie: le RéGÎM en relève à Orléans Express

L'usager paiera 2,50 $ ou 3 $ pour...

Agrandir

L'usager paiera 2,50 $ ou 3 $ pour la navette, soit les tarifs réguliers du RéGÎM.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Geneviève Gélinas

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Gaspé) Le RéGÎM, le réseau de transport collectif de la Gaspésie, prendra en partie la relève d'Orléans Express le 18 janvier. Des minibus du RéGÎM rabattront les clients vers le peu d'arrêts conservés par la compagnie d'autocars dans la région, une mesure qui ne comblera toutefois pas l'ensemble des pertes de services vécues par les Gaspésiens.

À partir du 18 janvier, Orléans réduira le nombre d'arrêts entre Gaspé et Rimouski. Ils passeront de 44 à 7 du côté nord de la péninsule et de 47 à 8 au sud. Percé, New Richmond et Bonaventure, notamment, ne seront plus desservis.

Sans l'initiative du RéGÎM, ces changements auraient laissé de longues sections de la route 132 sans possibilité d'embarquement, notamment entre Paspébiac et Carleton (82 km) ou entre Mont-Louis et Sainte-Anne-des-Monts (61 km).

La solution mise de l'avant : les clients d'Orléans pourront réserver une navette du RéGÎM 24 heures à l'avance, sept jours sur sept. Elle les mènera jusqu'à l'arrêt d'Orléans le plus proche, d'où ils poursuivront leur trajet en autocar jusqu'à Rimouski ou les grands centres. Le même système pourra être appliqué au retour. L'usager paiera 2,50 $ ou 3 $ pour la navette, soit les tarifs réguliers du RéGÎM.

«On se sentait interpellés par le fait que 45 communautés soient abandonnées [le nombre d'arrêts éliminés par Orléans en Gaspésie], rappelle Antoine Audet, directeur du RéGÎM. Mais on a toujours dit qu'on n'avait pas les capacités financières et logistiques de le faire à la place d'Orléans.»

L'aide de Québec change la donne: jeudi, le ministre des Transports, Robert Poëti, a annoncé une subvention de 530 000 $ au RéGÎM pour mettre en place le service de navettes.

Démarrer le projet coûtera 80 000 $. Ensuite, il faudra «entre 0et 450 000 $», dit M. Audet, pour payer les navettes, selon la proportion de clients d'Orléans qui les utiliseront.

Les arrêts éliminés totalisaient 23 000 embarquements par an. «Une partie importante de ces gens-là vont utiliser leurs propres moyens [pour rejoindre les arrêts restants], estime Antoine Audet. Au pif, il y aura peut-être 20 % d'entre eux qui feront appel à nos services.»

Cette solution devra être réévaluée dans l'avenir, puisque Orléans souhaite mettre fin à ses services à l'est de Rimouski d'ici la fin de 2015, une volonté exprimée en août devant la Commission des transports du Québec. Dans la foulée de ces audiences, l'organisme a permis à Orléans de réduire ses services.

Les Gaspésiens devront donc encaisser une diminution du nombre de départs d'Orléans dès le 18 janvier, une perte non compensée par le RéGÎM. La compagnie d'autocars assurera une seule liaison quotidienne entre le nord de la péninsule et Rimouski et une seule du côté sud, comparativement à deux ou trois jusqu'ici.

Le RéGÎM, fondé en 2010, transporte les Gaspésiens et les Madelinots vers leur travail ou les services des villes centres de la région. Il accomplit 80 000 déplacements par an et dispose d'un budget annuel de 2,2 millions $, financé à moitié par une taxe de 1 ¢ le litre sur l'essence.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer