Le CN à Québec et à Lévis pour faire valoir sa position

Le pont de Québec... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Le pont de Québec

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) À la recherche d'alliés naturels, le CN a rencontré les chambres de commerce de Québec et de Lévis, ces deux derniers jours, pour faire valoir sa position dans le dossier du pont de Québec.

Les rencontres ont eu lieu lundi soir et mardi matin de part et d'autre du fleuve. Selon nos informations, le CN voulait présenter ses activités dans la région de Québec aux gens d'affaires. Les discussions ont toutefois vite glissé sur le pont de Québec.

Les trois paliers de gouvernement font actuellement pression sur le CN afin qu'il paie pour une nouvelle peinture du pont. Eux-mêmes sont prêts à y investir 100 millions $.

Le CN répète toujours qu'il va continuer à entretenir l'ouvrage, mais pas le peinturer, pour des raisons essentiellement financières. Il a offert sa collaboration aux pouvoirs publics s'ils veulent s'occuper du chantier et même offert de leur céder le pont. Mais la compagnie ferroviaire garde son portefeuille fermé.

«On est membres des deux chambres de commerce. On est venus discuter en général des enjeux économiques de la région et des enjeux plus spécifiques du CN», s'est contenté de dire l'émissaire du CN, Olivier Chouc, vice-président aux affaires juridiques, lorsque joint par Le Soleil. Aucun tête-à-tête politique n'était au programme.

Le directeur général de la Chambre de commerce de Lévis, Stéphane Thériault, n'a pas voulu révéler la nature précise des échanges avec le CN, mais a eu le sentiment que l'entreprise voulait «tâter le pouls de la communauté économique par rapport à la situation épineuse du pont de Québec».

Pas une priorité

Lui-même a répondu que ce n'était «pas un sujet de première ligne» pour les entrepreneurs, mais qu'ils se sentaient interpellés comme citoyens. Et en ce sens, «il y a une certaine inquiétude» par rapport à la sécurité et, conséquemment, à l'accessibilité de cette importante voie de circulation.

M. Thériault a fait un parallèle avec le pont Champlain à Montréal. «C'est le genre de chose que les Québécois ne veulent pas vivre», a-t-il lancé.

Le président de la Chambre de commerce et d'industrie de Québec (CCIQ), Éric Lavoie, a quant à lui refusé de détailler les échanges avec le CN, hésitant même à les confirmer. Même si le dossier est abondamment discuté sur la place publique, il estime que les échanges du conseil d'administration sont de nature privée. Il n'a pas voulu donner la position de son organisation.

En 2010-2011, l'ancien président la CCIQ, l'avocat Luc Paradis, avait fait du pont de Québec sa priorité. Il plaidait - et plaide encore - pour sa réfection, mais aussi pour l'amélioration de l'entrée principale de la ville de Québec.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer