Autobus urbains: Labeaume ravi de la concurrence

NovaBus se dit capable de produire au Québec... (Photo Novabus)

Agrandir

NovaBus se dit capable de produire au Québec des autobus plus longs, faisant valoir que son propriétaire, Volvo, possède l'expertise.

Photo Novabus

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le maire de Québec se réjouit de voir que l'éventualité d'une concurrence accrue incite NovaBus à bonifier son offre d'autobus urbains, mais prévient qu'il n'achètera pas au Québec si le design et le confort ne sont pas au rendez-vous.

«Si on veut faire un transfert modal [de l'automobile vers le transport en commun], il faut que ça soit basé sur l'attraction», a répété jeudi Régis Labeaume, de retour de la Belgique. C'est là qu'il a visité, avec le maire de Lévis Gilles Lehouillier, l'usine du fabricant d'autobus Van Hool, qui produit des autobus biarticulés avec un air de tramway.

Dans le Journal de Québec de jeudi, le ministre des Transports, Robert Poëti, s'est dit ouvert au produit, bien qu'il faudrait une dérogation à la clause de contenu canadien pour l'importer. NovaBus s'est pour sa part dit capable de produire au Québec des autobus plus longs, faisant valoir que son propriétaire, Volvo, possède l'expertise.

«Ça veut juste dire que la concurrence, ça aide, ça fait du bien. Parce que là, ils ont rien de ça», a conclu M. Labeaume, sceptique quant à la possibilité pour NovaBus de se rattraper.

«Moi, je veux toujours acheter au Québec. Mais c'est pas vrai que je vais prendre un produit moins de qualité, qui donne moins de chance de réussir notre affaire parce que ça vient du Québec», a-t-il poursuivi.

S'il ne veut pas dire qu'un service rapide de bus (SRB) remplacera le tramway, M. Labeaume parle comme si c'était réglé dans sa tête. «Le monde le sait qu'un tramway, ça coûte cher. On n'est pas les seuls à savoir ça», a-t-il redit jeudi.

Avant le rapport de faisabilité sur le tramway, qui inclut désormais d'autres options, il lui reste quelques informations à valider. Il se rendra d'ailleurs à Toronto et à Ottawa en janvier pour voir comment les deux villes canadiennes ont organisé leur SRB. Toutes deux comptent également sur le rail (tramway et système léger sur rail) pour transporter leurs citoyens.

Pour le reste de sa mission, M. Labeaume retient l'accueil chaleureux des Belges et se dit satisfait des installations de la Ville de Québec à Plaisirs d'hiver, le grand marché de Noël de Bruxelles. Le succès de la boule à neige le ravit : «J'ai hâte que les gens la voient.»

Satisfait de la promotion

Le maire est également content d'avoir rencontré plusieurs journalistes locaux - trois journaux et deux radios - pour faire la promotion de Québec et du tourisme d'hiver. Le message a bien passé et il y aura des retombées, d'après lui.

Tout juste revenu au Québec, le maire a passé le chef de l'opposition à la moulinette. Selon lui, Paul Shoiry profite de ses absences pour l'insulter. «Les deux dernières fois où je suis parti, il avait toujours des gros mots», renote-t-il, le traitant d'«adolescent euphorique».

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer