Premier bilan positif pour les voies réservées sur Robert-Bourassa

Les voies réservées au covoiturage sur l'autoroute Robert-Bourassa... (Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Les voies réservées au covoiturage sur l'autoroute Robert-Bourassa permet aux automobilistes utilisateurs de sauver entre cinq et dix minutes, sans nuire au transport en commun.

Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Aux heures de pointe, environ 15 % du trafic sur l'autoroute Robert-Bourassa se concentre désormais sur les voies réservées accessibles au covoiturage.

Le ministère des Transports du Québec (MTQ) a publié mercredi un premier bilan de l'ouverture du corridor - initialement prévu pour le transport en commun - aux automobiles ayant au moins deux passagers à bord.

Le matin, environ 450 véhicules l'heure empruntent les voies réservées en direction sud, sans compter les autobus et les taxis. En fin d'après-midi, en sens inverse, ils sont encore plus nombreux, autour de 600 véhicules l'heure. C'est l'équivalent de 2500 passages ou

15 % du trafic sur Robert--Bourassa aux heures de pointe, précise Guillaume Paradis, porte-parole du MTQ.

Les gains de temps pour les automobilistes sont évalués entre 5 et 10 minutes, sans effet négatif sur le transport en commun. L'effet sur le trafic restant n'a pas été évalué.

Le gouvernement du Québec ne s'était pas fixé d'objectif à atteindre, mais le ministre responsable de la région de la Capitale--Nationale, Sam Hamad, s'est montré très satisfait dans un communiqué de presse dithyrambique diffusé hier. «Ce projet pilote améliore la qualité de vie de nombreux citoyens de la grande région de Québec», a commenté celui qui est aussi ministre du Travail.

Son collègue aux Transports, Robert Poëti, a souligné que «la grande majorité des conducteurs respectent les règles mises en place pour ce projet pilote». Entre autres, des panneaux variables indiquent la limite de vitesse permise en fonction de l'heure et certaines sorties sont inaccessibles pour éviter le louvoiement.

Les craintes exprimées pour la sécurité des usagers ne se sont d'ailleurs pas concrétisées, poursuit Guillaume Paradis. «Très peu d'accidents» ont été rapportés, précise le communiqué du MTQ, sans chiffres à l'appui. La Sûreté du Québec, qui patrouille l'autoroute Robert-Bourassa, dit réserver son bilan pour la fin du projet pilote, en septembre 2015.

Nouveau projet pilote

Le MTQ a aussi annoncé mercredi qu'un projet pilote s'ajoute au projet pilote. Les véhicules électriques et hybrides rechargeables, ceux qui arborent une plaque d'immatriculation verte, peuvent désormais circuler librement sur les voies réservées, comme cela se fait dans d'autres régions nord-américaines, dont l'Ontario et la Californie. La signalisation a été ajustée mercredi.

Dans la grande région de Québec, 253 véhicules électriques et 636 hybrides rechargeables étaient répertoriés en date du 31 octobre.

Si l'expérience est positive, elle pourrait être étendue aux autres voies réservées sous contrôle provincial.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer