Pont de Québec: Labeaume et Lehouillier écrivent à Bill Gates

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'homme d'affaires Bill Gates, actionnaire principal du CN, recevra sous peu une lettre signée par les maires de Québec et de Lévis. Régis Labeaume et Gilles Lehouillier en appellent au «sens civique» du multimilliardaire pour qu'il mette de la pression sur le transporteur ferroviaire et force la reprise des travaux de peinture du pont de Québec.

La missive, postée jeudi, est accompagnée de photographies de la «merveille architecturale depuis trop longtemps rongée par la rouille». Elle fait le tour du dossier qui oppose la région de Québec au CN depuis plus de dix ans sans faire abstraction de la défaite récente du gouvernement fédéral en Cour supérieure.

«La politique du run to failure, telle que mise de l'avant par le CN au sein de ses opérations, ne peut tout simplement pas s'appliquer lorsqu'il s'agit du pont de Québec. Il est tout à fait inacceptable que cette infrastructure appartenant au CN entache la beauté majestueuse de la région de Québec et du fleuve Saint-Laurent et que le CN se déresponsabilise complètement à cet égard, surtout dans un contexte où les profits de l'entreprise s'avèrent faramineux», écrivent les maires.

Run to failure

En point de presse, jeudi, M. Labeaume l'a redit dans ses mots: «On veut que Bill Gates, un grand philanthrope, qui visiblement a une conscience sociale très singulière, sache que dans l'entreprise où il est le plus gros actionnaire, cette entreprise a comme philosophie run to failure. C'est-à-dire que tu l'utilises jusqu'à temps qu'elle tombe. Ça ne peut pas s'appliquer au pont de Québec, run to failure

Il a expliqué que les élus municipaux s'adressent à l'actionnaire principal du CN, en l'occurrence l'homme le plus riche de la planète, parce qu'ils considèrent les actionnaires comme les véritables propriétaires de l'entreprise et parce que la direction actuelle a fermé la porte à toute reprise des travaux de peinture interrompus en 2005.

«Est-ce que je pense qu'il [M. Gates] va m'appeler demain? Non. Mais je souhaite seulement - et on n'a pas fini, je vous avais dit qu'on était sérieux -, on veut que le pont soit repeint», a ajouté M. Labeaume.

Selon lui, une intervention du puissant Américain aurait son effet au CN. «Un gros actionnaire, s'il parle, tu es obligé de l'écouter. S'il s'appelle Bill Gates, tu es encore plus obligé de l'écouter.»

«Qui risque rien n'a rien»

Pour le maire de Lévis aussi, «qui risque rien n'a rien». Gilles Lehouillier souhaite que l'homme d'affaires soit «sensibilisé» au «symbole et produit d'appel très fort» que constitue le pont de Québec pour la région. Il espère aussi que M. Gates soit touché par les photographies qui révèlent autant la beauté du site que l'esthétique douteuse de la structure métallique.

Si, après, le CN acceptait de s'asseoir à une table avec le gouvernement fédéral pour «trouver une solution réelle», ce serait une victoire, selon le maire de Lévis.

Dans leur lettre, les élus municipaux parlent d'ailleurs d'une «belle occasion pour le CN de démontrer à la population de Québec qu'il est un citoyen corporatif responsable et non une entreprise parasite arrogante où le triple bottom line est complètement bidon et ne se résume qu'à un futile exercice de relations publiques».

M. Labeaume avait évoqué la possibilité d'écrire à Bill Gates dès 2009 pour faire pression sur le CN, mais il a préféré attendre la conclusion de la poursuite menée par le gouvernement fédéral pour s'exécuter. «On n'avait pas attaqué le problème parce que tout le monde en parlait. On avait attendu, mais là, c'est sérieux. On ne lâchera pas.»

Avec Valérie Gaudreau

****

Le fondateur de Microsoft et le CN

En date du 28 février 2014, William H. Gates, fondateur de Microsoft, possédait 10,4 % des actions ordinaires du CN, ce qui en fait le principal actionnaire de la grande entreprise ferroviaire canadienne. La Fondation Bill et Melinda Gates, dont il est cofiduciaire avec son épouse, détient également 2,1 % des parts de la compagnie basée à Montréal. Au total, cela lui fait une bonne centaine de millions d'actions ordinaires dont la valeur au cours actuel dépasse les7 milliards $. L'implication du riche homme d'affaires dans le CN date du début des années 2000. Il n'a cessé de raffermir sa position depuis. Le président-directeur général du CN est le Québécois Claude Mongeau. C'est lui qui a négocié l'entente tripartite de 1997 qui devait permettre de repeindre au complet le pont de Québec, mais les dépassements de coûts ont épuisé l'enveloppe bien avant que le travail ne soit terminé. Le président du conseil d'administration se nomme Robert Pace.

****

LA LETTRES DES MAIRES

Le 13 novembre 2014-11-13

Monsieur Bill Gates

BILL & MELINDA GATES FOUNDATION

500 fifth Avenue North

Seattle, WA 98109

ÉTATS-UNIS

Nous faisons appel à vous aujourd'hui parce que vous êtes le principal actionnaire du Canadien National (CN), et que ce dernier est propriétaire d'un joyau historique de la capitale, le Pont de Québec, qui relie les villes de Québec et Lévis.

Québec, capitale nationale de la province du même nom, est belle. Tellemnt, que son arrondissement historique est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO depuis bientôt 30 ans. Notre région représente «a taste of Europe in North America» pour près de cinq millions de touristes qui la visitent chaque année.

Construit au début du XXe siècle, ce pont ferroviaire et routier de type porte-à-faux (cantilever) possède la portée libre la plus longue au monde et est toujours considéré comme une oeuvre majeure d'ingénierie. Des dizaines de trains et 35000 automobiles y circulent chaque jour.

Or, cette merveille architecturale, porte d'entrée de la capitale et de Lévis, est depuis trop longtemps rongée par la rouille (voir les photos ci-jointes). Le CN refuse de terminer les travaux de réfection laissés en plan depuis 2005; il s'oppose catégoriquement à des améliorations qu'il qualifie d'esthétiques.

Comme vous le savez peut-être, cette question a récemment fait l'objet d'un jugement de la cour supérieure du Canada. Si le CN n'est pas obligé - juridiquement - de s'acquitter des travaux de réfection nécessaires sur 60% de la surface du pont, n'en a-t-il pas la responsabilité morale ou civique? Quel est le message envoyé par le CN à la population du Québec, et particulièrement aux nombreux visiteurs et aux quelque 750000 habitants de la région métropolitaine de Québec?

Ce dossier a fait également l'objet de débats animés tant au Parlement canadien qu'à l'Assemblée nationale du Québec où une motion a été adoptée à l'unanimité demandant au CN d'assumer ses responsabilités de repeindre et d'entretenir convenablement le pont de Québec.

La philosophie du «run to failure», telle que mise de l'avant par le CN au sein de ses opérations, ne peut tout simplement pas s'appliquer lorsqu'il s'agit du pont de Québec. Il est totalement inacceptable que cette infrastructure appartenant au CN entache la beauté majestueuse de la région de Québec et du fleuve St-Laurent, et que le CN se déresponsabilise complètement à cet égard, surtout dans un contexte où les profits de l'entreprise s'avèrent faramineux. Nous croyons que vous êtes à même de savoir de quoi nous parlons. Nous n'avons rien contre le profil, bien au contraire. Mais les milliards engrangés par le CN ne devraient pas empêcher l'entreprise de consacrer les dizaines de millions nécessaires pour terminer les travaux de réfection.

Le CN se targue d'avoir un engagement responsable (delivering responsibly). Il affirme que «redonner à la collectivité n'est pas un slogan, c'est une façon de faire des affaires», et que le fond CN «c'est également notre façon de faire des communautés dans lesquelles nous opérons de meilleurs endroits où vivre et où travailler». Le pont de Québec représente une belle occasion pour le CN de démontrer à la population du Québec qu'il est un citoyen corporatif responsable et non une entreprise parasite arrogante où «Le triple bottom line» est complètement bidon et ne se résume qu'à un futile exercice de relations publiques.

Nous en appelons donc à votre sens civique afin que vous enjoigniez le CN à prendre ses responsabilités et à terminer les travaux de réfection de la structure du pont de Québec, un geste qui redonnera un pont historique digne de ce nom à une ville historique du patrimoine mondial. N'hésitez pas à communiquer avec nous pour plus de détails sur ce dossier important pour le patrimoine de Québec et de Lévis.

Veuillez agréer, Monsieur, l'expression de nos sentiments distingués.

Gilles Lehouiller Régis Labeaume

Maire de Lévis Maire de Québec

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer