Pour en finir avec un réseau «minable» dans Saint-Sauveur

L'aménagement d'un réseau cyclable mieux adapté dans le... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

L'aménagement d'un réseau cyclable mieux adapté dans le quartier Saint-Sauveur fait partie du plan d'amélioration des transports actifs proposé par le comité de citoyens et le conseil de quartier dans Saint-Sauveur.

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Une remontée mécanique vers la haute ville, une piste cyclable à contresens sur Saint-Joseph ou encore la limite de vitesse abaissée à 30 km/h dans les rues résidentielles de Saint-Sauveur contribueraient largement à améliorer le transport actif du quartier. C'est ce que suggèrent le comité de citoyens et le conseil de quartier dans leur plan de mobilité durable qui sera soumis mercredi soir à une consultation publique.

«Le réseau dédié au transport actif est vraiment minable.» Le diagnostic que pose le coordonnateur communautaire au Comité des citoyens de Saint-Sauveur, Éric Martin, est sans appel. Et les solutions proposées pour remédier aux nombreux écueils sont ambitieuses, il en convient. Mais, plaide 

M. Martin, elles ont été élaborées avec soin depuis trois ans, et ce, non seulement en collaboration avec les usagers, mais aussi avec des experts en aménagement.

Le fruit de ce travail de longue haleine sera débattu mercredi soir lors d'une consultation publique qui vise à peaufiner une version préliminaire du document. Préliminaire parce que le coordonnateur espère bien que ce sera la Ville de Québec qui proposera la version finale après avoir entériné son contenu. Le quartier Saint-Sauveur deviendrait ainsi le premier à avoir esquissé son propre plan de mobilité durable.

Y figure pour l'instant une panoplie d'interventions pour améliorer le réseau piétonnier, cyclable, de transport collectif et routier. L'aménagement d'un lien mécanique pour accéder à la haute ville à proximité de la rue Victoria figure parmi celles-ci. «Serait-ce un escalier roulant? Un ascenseur? Un funiculaire? Ce qui importe, c'est faciliter la montée, les gens marchent depuis 400 ans!» s'exclame M. Martin. «Tu veux aller au centre Lucien-Borne avec ta poussette, tu montes où?» illustre-t-il.

Corridors piétonniers

Moins spectaculaire, mais aussi important, selon lui, l'aménagement de corridors piétonniers, la sécurisation des intersections et des passages pour piétons avec de nouveaux feux de circulation ou du marquage au sol, ou encore, l'élargissement des trottoirs trop étroits et très encombrés.

Du côté du transport sur deux roues, c'est la création de nombreux axes cyclables sécuritaires qui est mise de l'avant, notamment sur Saint-Vallier Ouest et Saint-Joseph. «Les citoyens de Saint-Sauveur qui désirent se rendre à la bibliothèque Gabrielle-Roy en vélo passent par où?» questionne Éric Martin pour illustrer à quel point il est compliqué et peu sécuritaire de pédaler jusqu'au centre-ville.

Et alors que le quartier compte nombre de familles, ses rues résidentielles sont devenues de véritables pistes de course aux heures de pointe avec des automobilistes pressés à la recherche de raccourcis, déplore M. Martin. Selon lui, l'abaissement de la vitesse de 50 km/h à 30 km/h constituerait un moyen efficace pour sécuriser les petites rues et, conséquemment, ses citoyens.

Ces derniers auront l'occasion de s'exprimer à la séance de mercredi soir qui se tiendra à 19h au Centre Édouard-Lavergne sur la rue Arago Ouest.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer