AML met la main sur Croisières Dufour

Symbole des années fastes du Groupe Dufour, le... (Photo fournie par Groupe Dufour)

Agrandir

Symbole des années fastes du Groupe Dufour, le catamaran Famille Dufour II fait partie des actifs maritimes vendus à Croisières AML.

Photo fournie par Groupe Dufour

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Lavoie

Collaboration spéciale

Le Soleil

(L'Isle-aux-Coudres) Le croisiériste AML met la main sur Croisières Dufour, le «pionnier des excursions aux baleines» au Québec. Une transaction majeure qui atteint les millions de dollars pour l'entreprise qui occupe un peu plus de 50 % du marché québécois des croisières-excursions.

Les rumeurs sur cette transaction majeure cavalaient depuis plusieurs semaines déjà dans les villages de Baie-Sainte-Catherine et Tadoussac ainsi qu'à L'Isle-aux-Coudres, où le Groupe Dufour a son chantier maritime. En début de semaine, des navires de la flotte d'AML y étaient stationnés aux côtés du Famille Dufour.

Chez AML, le président Yan Hamel confirme la transaction, officialisée en début de semaine. Le protocole d'entente signé en août avec Croisières Dufour a débouché sur l'acquisition de tous les actifs maritimes de ce «pionnier des excursions aux baleines» au Québec et dans le secteur du Parc marin Saguenay-Saint-Laurent.

En plus de la flotte de navires, qui comprend le catamaran Famille Dufour II (Croisière Montréalaise), le monocoque de 600 places Famille Dufour ainsi que le bateau Zodiac Tadoussac III, la transaction inclut le chantier maritime du Groupe Dufour, situé sur le flanc sud de L'Isle-aux-Coudres, ainsi que 50 % des actifs de Croisières Charlevoix, déjà associé au cédant.

Une négociation de plusieurs années

«L'acquisition de Groupe Dufour par AML, c'est une négociation de plusieurs années», résume M. Hamel qui s'abstient de dévoiler le montant de la transaction, acquiesçant seulement que l'entente est majeure et dépasse le million de dollars.

La famille Hamel, en affaires dans le secteur des croisières depuis 1972, réalise ainsi ses quatrième et cinquième acquisitions en deux ans. Récemment, l'entreprise a acquis 50 % des Croisières Lachance ainsi que les actifs des Croisières 2001 (Tadoussac) et des Coudriers (Québec et Trois-Rivières). «Notre idée a toujours été de développer le Saint-Laurent. Notre entreprise a 43 ans, en est à sa seconde génération. Nous avons toujours été à l'affût des opportunités pour prendre de l'expansion», ajoute M. Hamel, précisant que l'absence de relève chez certaines de ces entreprises avait créé l'occasion.

Le Groupe Dufour s'éclipse ainsi de la scène maritime québécoise sur laquelle elle naviguait depuis 1983. Les dirigeants ne nous ont pas rappelés et leur équipe nous a dirigés vers AML. Au cours des dernières années, l'entreprise s'est aussi départie de certains actifs hôteliers dont le Clarendon (2011) et le Val-des-Neiges (2010).

«Une belle association»

Chez les nouveaux associés Croisières Charlevoix, le président Pierre Tremblay se dit quant à lui ravi de ses nouveaux partenaires d'affaires. «C'est une belle association pour nous et pour Saint-Siméon. AML est une entreprise d'envergure.»

AML se laisse l'automne pour revoir les activités de croisières, les horaires et les navires avant de décider comment seront utilisés les actifs de Croisières Dufour dont les 50 employés, reconnus pour leur expertise, sont une manne que M. Hamel et son équipe entendent préserver.

Le Parc marin Saguenay-Saint-Laurent est l'un des maillons... (Photothèque Le Soleil) - image 2.0

Agrandir

Le Parc marin Saguenay-Saint-Laurent est l'un des maillons de l'industrie de l'observation des cétacés avec ses baleines.

Photothèque Le Soleil

Une industrie de 900 000 passagers par année

L'industrie québécoise des croisières-excursions, dont celles de l'observation des baleines, attire 900 000 passagers par été. Un marché occupé à un peu plus de 50% par Croisières AML qui accueille 500 000 passagers sur ses 21 navires. L'entreprise mise sur un important réseau de 2000 revendeurs dans le secteur de l'hébergement touristique et compte 650 employés. 

Le Parc marin Saguenay-Saint-Laurent est l'un des maillons de cette industrie avec ses baleines. Il compte une douzaine d'entreprises accréditées, dont quatre possèdent encore de grands navires pour les croisières d'observation. Selon des données de 2009, 80 000 excursions en mer se tiennent dans les limites du parc pendant l'été pour des retombées économiques estimées à 142,55 $ par passager. 

Grosse part du marché

En reprenant les actifs des Croisières Dufour, AML devient la seule entreprise avec un grand navire amarré au quai de Tadoussac et de Baie-Sainte-Catherine. M. Hamel admet avoir «une grosse part du marché», mais réfute l'image du monopole avancé par des acteurs du milieu. «Nous ne sommes pas seuls. Nous avons besoin de l'ensemble des acteurs touristiques pour développer ce secteur d'activité.» 

À Tadoussac, le maire Hugues Tremblay admet toutefois son inquiétude pour la rentabilité du quai, propriété de sa ville depuis deux ans. «Les utilisateurs paient selon l'utilisation qu'ils en font», précise M. Tremblay. À la suite de l'achat de Croisières 2001 au printemps 2014, AML avait continué de payer pour l'emplacement vacant.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer