Promenade Champlain: la sécurité ferroviaire avant tout

La phase III de la promenade Samuel-De Champlain sera... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

La phase III de la promenade Samuel-De Champlain sera aménagée entre les côtes de Sillery et Gilmour.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Samuel Auger
Le Soleil

(Québec) La Commission de la capitale nationale du Québec présentera «en début d'année 2015» sa proposition finale pour la phase III de la promenade Samuel-De Champlain. Retravaillé en raison des nombreuses critiques du BAPE et du difficile contexte budgé-taire actuel, le projet mettra avant tout l'accent sur la sécurité ferro-viaire et l'accès au fleuve, a révélé la présidente Françoise Mercure en entrevue au Soleil.

«On est sur le point de proposer et... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve) - image 1.0

Agrandir

«On est sur le point de proposer et présenter quelque chose au gouvernement. [...] Ça répondrait aux attentes souhaitées de tout le monde pour la sécurité» - Françoise Mercure, présidente de la Commission de la capitale nationale

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

En novembre 2013, le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) avait lancé un pavé dans la mare en qualifiant de mal «ficelée» la phase III de la promenade Samuel-De Champlain - un projet évalué à 100 millions $ entre les côtes de Sillery et Gilmour. L'organisme gouvernemental suggérait de réviser le tracé de la voie ferrée, d'abandonner le passage à niveau du boulevard Champlain et de rejeter l'idée d'un miroir d'eau.

En entrevue au Soleil, la présidente de la Commission de la capitale nationale dit avoir trouvé la solution aux remontrances du BAPE. «Il a fallu être créatif», laisse-t-elle entendre. «On fignole les aspects financiers, les plans là-dessus. Et on est sur le point de proposer et présenter quelque chose au gouvernement. À mon humble avis, ça devrait satisfaire tout le monde», indique Françoise Mercure. «Ça répondrait aux attentes souhaitées de tout le monde pour la sécurité.»

Le prolongement de 2,5 km de la promenade Samuel-De Champlain vers l'est laissera-t-il tomber le passage à niveau controversé près du Yacht Club? Françoise Mercure ne répond pas sur ce point, mais confirme que la priorité sera donnée à la sécurité ferroviaire.

Dans la majorité des villes, la tendance actuelle est de limiter ou enlever les passages à niveau, source d'accidents entre trains et automobiles. Le tracé soumis au BAPE prévoyait de raser le viaduc ferroviaire du boulevard Champlain pour libérer une vue sur le fleuve, et de déplacer la voie ferrée près de la falaise. La voie ferrée retrouvait les rails en bordure du fleuve plus loin en vertu d'un passage à niveau.

Ce scénario a été étudié pendant des années par la Commission de la capitale nationale. Depuis, le discours entourant la sécurité des trains dans les centres urbains s'est toutefois intensifié. «La sécurité ferroviaire, on se comprend que cet aspect a pris une ampleur plus importante dans les dernières années», reconnaît la présidente. «C'est une préoccupation. Il y a un environnement social qui a évolué. On ne parlait peut-être pas autant de la sécurité ferroviaire...»

La solution préconisée par la CCNQ sera présentée bientôt au gouvernement du Québec. «On espère en début d'année 2015 pouvoir présenter notre dossier d'affaires final», indique Françoise Mercure. Elle sera vraisemblablement moins coûteuse que le tracé critiqué par le BAPE. «Il faut tenir compte du nouveau contexte budgétaire du gouvernement. On est là-dedans.»

La piste cyclable revue et corrigée comportera aussi un volet d'accès direct au fleuve. «On va répondre aux attentes prioritaires de redonner l'accès au fleuve, ce pour quoi la promenade doit être faite. Il y a des sommes importantes qui doivent être consacrées, énonce Françoise Mercure. Il ne faut pas dénaturer ce projet-là, en faire un demi-projet non plus. La solution va répondre à toutes ces préoccupations.»

La phase III de la promenade a été mise sur la glace dans le premier budget du gouvernement libéral de Philippe Couillard. La Commission garde néanmoins le cap. «On n'a pas de signal du gouvernement que c'est un dossier qui est abandonné. Du tout», assure Françoise Mercure.

Phase IV toujours dans l'air

La phase III de la promenade Samuel-De Champlain n'a pas encore obtenu son financement provincial, mais l'élaboration de la phase IV ne cesse pas pour autant. «On devrait présenter notre plan directeur bientôt. On est en train de finaliser les dernières choses», détaille Françoise Mercure. La phase IV de la promenade est prévue entre le secteur d'Estimauville et la chute Montmorency, le long du fleuve Saint-Laurent.  

Budget en baisse

Austérité budgétaire libérale oblige, la Commission de la capitale nationale a subi des coupes financières dans la dernière année. La CCNQ a dû réduire d'un peu moins de 300 000 $ son budget de fonctionnement, alors que le service de sa dette a perdu un demi-million. Les coupes totalisent 784 000 $. «Comme tout le monde, on a eu à participer à l'effort du gouvernement», indique la présidente, Françoise Mercure.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer