Accueil froid à Québec pour des trottoirs chauffants

Montréal procède à l'heure actuelle à des consultations... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Montréal procède à l'heure actuelle à des consultations sur l'avenir de la rue Sainte-Catherine. Plusieurs intervenants ont évoqué les trottoirs chauffants comme solution aux accumulations de neige et de glace en hiver.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Samuel Auger
Le Soleil

(Québec) La Ville de Montréal a réfléchi cette semaine à la possibilité de doter la rue Sainte-Catherine de trottoirs chauffants, éliminant du coup les problèmes de déneigement hivernal. La capitale a toutefois bien des correctifs à apporter pour les piétons avant même de penser à chauffer ses trottoirs, soutient le président de Vivre en Ville, Alexandre Turgeon.

La métropole procède à l'heure actuelle à des consultations sur l'avenir de la rue Sainte-Catherine. Plusieurs intervenants ont évoqué les trottoirs chauffants comme solution aux accumulations de neige et de glace en hiver. Les ingénieurs de la ville ont même enclenché une étude de faisabilité du concept. «Nous, on n'a ni réfléchi ni poussé l'idée dans cette direction-là», indique le président de Vivre en ville. «Mon premier réflexe, c'est de dire que pour améliorer la qualité des déplacements piétons et cyclables, on a plein de choses simples à penser avant de penser à des choses complexes comme celle-là», poursuit Alexandre Turgeon.

Beaucoup de trottoirs de Québec sont étroits, dangereux ou peu agréables à utiliser. Et cela n'a rien à voir avec le fait qu'ils soient chauffants ou non. «Il faut que les trottoirs aient des largeurs intéressantes, et pas juste sur les artères commerciales», plaide le président de Vivre en Ville. Il dénonce au passage «des trottoirs qui font à peine un mètre, et qui passent leurs temps à baisser vers la rue...»

Alexandre Turgeon se demande d'ailleurs pourquoi les trottoirs du centre-ville sont souvent rabaissés à la rue devant les entrées de garage, compliquant la circulation des piétons et des personnes à mobilité réduite. «Les voitures sont capables de surmonter des obstacles de quatre à huit pouces sans qu'on ait constamment besoin de baisser les trottoirs», fait-il valoir. «À Copenhague, on ne fait pas ça. C'est l'auto qui franchit l'obstacle. Ce n'est pas le piéton qui doit constamment s'adapter à des aménagements pour faciliter la vie à l'automobiliste.»

La présidente de l'arrondissement La Cité-Limoilou, Suzanne Verreault, n'était pas disponible pour commenter le dossier.

Partager

À lire aussi

  • Montréal rêve aux trottoirs chauffants

    Montréal

    Montréal rêve aux trottoirs chauffants

    Enjamber des bancs de neige ou mettre le pied dans la gadoue sera peut-être bientôt chose du passé rue Sainte-Catherine Ouest. Montréal étudie... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer