Lac-Mégantic: la locomotive avait été inspectée la veille

Le ministre fédéral des Transports, Denis Lebel, a défendu... (Le Soleil, Caroline Grégoire)

Agrandir

Le ministre fédéral des Transports, Denis Lebel, a défendu le bilan de son gouvernement en matière de sécurité dans les transports, lundi, à Lac-Mégantic.

Le Soleil, Caroline Grégoire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Lac-Mégantic) Le ministre fédéral des Transports, Denis Lebel, a révélé lundi que la locomotive du train pétrolier qui a déraillé samedi, causant un incendie majeur à Lac-Mégantic, avait été inspectée vendredi soir à Montréal.

«Nous ne connaissons toujours pas la cause du déraillement, mais nous savons qu'un inspecteur de Transports Canada a inspecté la locomotive le 5 juillet à Montréal et qu'il n'a décelé aucun problème», a-t-il déclaré en point de presse lundi après-midi près des lieux de la tragédie.

«N'oublions pas que sur 13 millions de transports par année, 99,9 % sont sécuritaires, mais que, parfois, il survient un mauvais accident. Si on découvre qu'il y a eu négligence quelque part, je peux vous assurer que des mesures seront prises sur-le-champ», a-t-il poursuivi.

Le ministre a cependant refusé de jeter tout le blâme sur la société canado-américaine Montreal, Maine and Atlantic Railway (MMAR), à qui appartenait le convoi qui a déraillé samedi.

«Il y a eu des enquêtes régulières sur cette compagnie, et on n'a détecté aucune anomalie dans leurs opérations», a-t-il déclaré, ajoutant que des façons de faire remises en question par certains observateurs étaient des pratiques courantes.

«Oui, les règles actuelles permettent de laisser un train sans surveillance. C'est assez répandu dans l'industrie», a-t-il répondu à la question d'un journaliste. Quant aux wagons-citernes DOT-111 impliqués dans la tragédie, le ministre a signalé que 70 % des wagons-citernes en Amérique du Nord étaient de ce modèle. «Des analyses seront tout de même faites», a ajouté M. Lebel.

Après avoir rencontré les gens de MMAR en compagnie de la mairesse de Lac-Mégantic hier, le ministre a toutefois avoué qu'il leur avait suggéré de revoir leur stratégie de communication. «Je leur ai demandé d'avoir un meilleur système de communication avec le gouvernement et la communauté.»

Accidents à la baisse

Denis Lebel a également tenu à défendre le bilan de son gouvernement en matière de sécurité dans les transports. «Il y a des éléments qui ont été dits et qui sont erronés quant à la sécurité. Depuis 2007, le nombre d'accidents ferroviaires a diminué de 23 % au Canada et le nombre de déraillements, de 26 %. Les chiffres parlent. Ça ne signifie pas que tout est réglé, mais la priorité absolue demeure toujours la sécurité.»

Le ministre a aussi tenu à préciser que le gouvernement conservateur n'avait jamais éliminé un seul poste d'inspecteur ferroviaire. «Il y a plus de 80 inspecteurs au Canada et ils font un très bon travail», a-t-il fait remarquer, soulignant également que 100 millions $ avaient été investis dans le réseau ferroviaire depuis 2009. 

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer