Un pilier du pont de l'Île affaissé de 18 cm

L'affaissement de 18 centimètres du pilier a eu... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

L'affaissement de 18 centimètres du pilier a eu des répercussions sur le «profil théorique» du pont, ouvert à la circulation en 1935. Des travaux ont été nécessaires pour remettre la chaussée à niveau.

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partager

(Québec) L'affaissement total de 18 cm d'un pilier du pont de l'Île-d'Orléans a forcé le ministère des Transports à des travaux pour redresser la chaussée en 2009-2010.

Fin novembre, lors du huis clos du budget, l'ex-ministre des Transports, Sam Hamad, a déclaré que «le pont de l'Île-d'Orléans est en train de s'enfoncer». Une affirmation que l'actuel ministre Sylvain Gaudreault a rejetée du revers de la main.

Dans les faits, après vérification, un pilier du pont s'est effectivement enfoncé en deux temps dans le sol argileux du côté nord. Mais il est aujourd'hui stable et la situation ne représente aucun risque pour la structure et les automobilistes qui l'empruntent, assure Guillaume Paradis, porte-parole du ministère des Transports (MTQ).

En juin, Le Soleil a écrit que le MTQ a investi 4,7 millions $ en 2008 dans une technique de stabilisation des piles. Avant le début des travaux, il a été constaté que la «pile 11» s'était enfoncée de 6 centimètres dans le sol. Il fallait s'attendre à ce que la technique de densification des sols utilisée, une méthode d'injection de colonnes de pierre par vibration, allait contribuer à l'affaissement. À la fin des travaux, la pile s'était enfoncée de 12 cm supplémentaires.

«C'est une situation qui était suivie de très près par les responsables des tests à l'aide d'équipements sophistiqués, poursuit le porte-parole du MTQ. Le moindre mouvement microscopique pendant les travaux était perçu.»

Répondre aux normes

Le Ministère espérait que la consolidation du sol offre la possibilité de rénover la structure. La densification du fond argileux visait à répondre aux normes du Code canadien sur le calcul des ponts routiers advenant un gros tremblement de terre. Les résultats n'ont pas été suffisants pour retenir l'option de la réparation. Le MTQ suggère la construction d'un nouveau pont.

Il demeure que l'affaissement de 18 centimètres du pilier a eu un effet sur le «profil théorique» du pont, ouvert à la circulation en 1935. Il a fallu remettre la chaussée à niveau. «On est venu corriger le tablier, explique M. Paradis. La pile s'est enfoncée, mais on a redressé le tablier par la suite.»

Un suivi a été effectué dans la foulée des travaux et «on n'a pas d'indication que cela ait bougé depuis», assure le porte-parole du MTQ.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer