L'héliport de l'édifice H condamné

La Société immobilière du Québec a annoncé mercredi... (Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

La Société immobilière du Québec a annoncé mercredi la fermeture de l'héliport de l'édifice H en expliquant, entre autres, que la structure était «désuète».

Le Soleil, Pascal Ratthé

Partager

Annie Morin
Annie Morin
Le Soleil

(Québec) L'héliport de l'édifice H, qui communiquait auparavant avec les quartiers du premier ministre, est officiellement fermé. La zone d'atterrissage, située sur le toit, n'était plus utilisable ni utilisée depuis une bonne dizaine d'années.

La Société immobilière du Québec (SIQ) a fait l'annonce de cette fermeture par communiqué, mercredi, expliquant que la structure était «désuète» et qu'il s'agissait de «la solution la plus économique et la plus sécuritaire pour la clientèle».

Martin Roy, porte-parole de la SIQ, a évoqué une étude réalisée en 2010, qui établissait le coût de remise en état de l'héliport à 132 500 $. Et c'est sans compter la mise aux normes actuelles de navigation aérienne. De plus, il n'était pas clair que l'édifice H aurait pu supporter le poids des nouveaux hélicoptères, plus lourds que ceux des années 70 et 80. «Il aurait fallu faire plusieurs interventions», a résumé hier M. Roy.

Or, le ministère du Conseil exécutif et le cabinet de la première ministre, ainsi que la Sûreté du Québec qui assure sa sécurité, ne tenaient pas à cet emplacement, délaissé au fil des ans. La dernière utilisation remonterait à la fin des années 90, donc sous le règne de Lucien Bouchard, selon la SIQ.

Le «calorifère»

Situé au 875, Grande Allée Est, l'édifice H forme avec son voisin J le fameux «calorifère» de la colline parlementaire. Le plus petit des deux blocs, construit entre 1969 et 1972, a abrité les bureaux du premier ministre, Robert Bourassa, et du Conseil exécutif. Conçu pour parer à toutes les éventualités, le bâtiment était relié à l'hôtel du Parlement par un tunnel, tandis que l'héliport permettait un départ précipité.

Depuis 2002, les hauts dirigeants de l'État québécois sont déménagés dans l'édifice Honoré-Mercier, qui borde le boulevard René-Lévesque. Le «bunker» héberge depuis le Conseil du trésor et le Centre de services partagés du gouvernement du Québec.

La Sûreté du Québec ne compte plus sur l'héliport pour assurer la sécurité des premiers ministres, et cela, depuis plusieurs années. Les autorités responsables ont toutefois refusé de donner plus de détails sur leur stratégie d'évacuation du secteur du Parlement, mercredi. À première vue, la place George-V et les plaines d'Abraham offrent suffisamment d'espace pour un atterrissage d'urgence.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer