Le Métrobus 804 se fait encore attendre

Les dirigeants du RTC parlent maintenant de 2016... (Photothèque Le Soleil, Steve Deschênes)

Agrandir

Les dirigeants du RTC parlent maintenant de 2016 pour l'implantation du Métrobus 804, qui reliera éventuellement Loretteville à Sainte-Foy.

Photothèque Le Soleil, Steve Deschênes

Partager

Sur le même thème

Annie Morin
Annie Morin
Le Soleil

(Québec) Le Métrobus 804, qui reliera éventuellement Loretteville à Sainte-Foy, a d'abord été annoncé pour 2010, puis 2012 et ensuite 2014. Les plus récentes prévisions budgétaires du Réseau de transport de la Capitale (RTC) font maintenant référence à 2016. Le moins que l'on puisse dire, c'est que l'autobus est en retard.

Déjà, dans son plan stratégique 2005-2014, le RTC prévoyait trois nouvelles lignes Métrobus pour que le réseau à haut niveau de service «ceinture le centre de la région» de Québec.

C'est toutefois en 2007, quand il planifiait l'arrivée du 802, que le RTC a mis des numéros et des dates sur ses intentions. Le 803 devait être implanté en 2009 et le 804 l'année suivante. Le premier a finalement remplacé le 60 en 2011, mais la mise en place du second, qui doit succéder au 87, a été maintes fois repoussée.

La raison sous-jacente, c'était qu'il fallait des voies réservées pour le transport en commun sur l'autoroute Robert-Bourassa afin d'accélérer les déplacements nord-sud. Les travaux sur Robert-Bourassa tirent maintenant à leur fin. Les autobus devraient profiter des voies réservées à l'automne 2013.

Or, il n'y aura pas de nouvelle ligne Métrobus l'an prochain. Dans le programme triennal d'immobilisations 2013-2015, déposé début décembre, le 804 apparaît dans les projets de développement et non dans les projets courants. Une vingtaine d'autobus articulés sont budgétés pour 2015, mais ils sont destinés au parcours 7, qui suit le chemin Sainte-Foy. Pour le 804, les dirigeants du RTC parlent maintenant de 2016.

Questionné sur les raisons du délai, Raymond Dion, président du RTC, a commencé par dire qu'il n'avait jamais avancé de date officielle pour le 804. Il s'est ensuite félicité d'avoir livré le 803 et fait valoir que son équipe menait le projet de modernisation du 7 en parallèle du 804, ce qui fait beaucoup.

L'endroit idéal

M. Dion a aussi indiqué que les discussions entourant la création d'un nouveau terminus au nord avaient été plus longues que prévu. Il a d'abord fallu déterminer l'endroit idéal. «Le noeud, c'est à partir d'où on l'installe», dit le président du RTC. Le secteur du boulevard de l'Ormière et de la rue Racine remporte la faveur pour le moment.

Puis il a fallu trouver le terrain idéal: vaste, disponible et pas trop cher. Raymond Dion dit être «sur de bonnes pistes» maintenant. Le RTC préfère toujours en arriver à une entente de gré à gré au lieu de recourir à l'expropriation.

Lors des discussions budgétaires, Accès transports viables, l'organisme qui représente les usagers du transport en commun, a déploré que la mise en service du 804 soit reportée à 2016. Selon sa présidente, Catherine Boisclair, le RTC ne doit pas mettre tous ses oeufs dans le panier du tramway et continuer de développer le réseau à haut niveau de service qui fait son succès actuel.

«On est un peu impatients de voir arriver ce service-là», répète au Soleil Étienne Grandmont, directeur général d'Accès transports viables. Il fait remarquer que «le 87 est surachalandé» et qu'il faut souvent des doubleurs pour embarquer tous les clients. M. Grandmont croit que le RTC devrait mettre «les bouchées doubles» pour arriver au 804 avant 2016.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer