Un premier pas vers l'ouverture de la côte Gilmour en hiver

Trois représentants de la Commission des champs de... (Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Trois représentants de la Commission des champs de bataille nationaux ont informé le maire Régis Labeaume, mardi, qu'une étude de 29 000 $ avait été commandée voilà quelques jours au ministère des Travaux publics pour évaluer l'impact de la circulation automobile sur la côte Gilmour durant la saison froide. Les résultats sont attendus en mars.

Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche

Le Soleil

(Québec) Un premier pas vient d'être franchi en vue de l'ouverture de la côte Gilmour en hiver. La Commission des champs de bataille nationaux (CCBN) a commandé un rapport d'experts pour évaluer l'effet de la circulation automobile durant la saison froide. Et, surtout, sur la façon de déneiger une côte.

Réclamée depuis des années, l'ouverture de cette artère reliant - du moins, en été - le boulevard Champlain à la Grande Allée avait toujours été refusée. «Il n'est pas question de défigurer un parc historique pour régler les problèmes de circulation de Québec», ont martelé pendant des années les dirigeants de la CCBN.

Mardi matin, le ton avait changé, alors que trois représentants de l'organisme fédéral responsable de l'entretien des plaines d'Abraham rencontraient le maire Labeaume à l'hôtel de ville. Non seulement se disent-ils désormais ouverts, mais ils l'ont également informé qu'une étude de 29 000 $ avait été commandée voilà quelques jours au ministère des Travaux publics pour évaluer l'impact. Les résultats sont attendus en mars.

L'étude portera sur les «enjeux et composantes biophysiques (dont la végétation) et techniques (infrastructures) découlant de la circulation en période hivernale». Les experts mandatés devront aussi étudier les «normes environnementales et réglementations en vigueur [...] dans l'optique de l'utilisation de déglaçant et d'abrasifs, ainsi que de la disposition des neiges et eaux usées».

Enfin, point le plus encourageant pour les automobilistes devant faire de longs détours en hiver, l'analyse devra aussi «recenser les normes et règles de sécurité pour le déneigement d'artères présentant des similarités avec la côte Gilmour». Bref, la CCBN demande à la Ville comment elle entretient ses propres côtes.

Au cabinet du maire, on dit vouloir offrir toute la collaboration de Québec à la CCBN. «Je pense que c'est un pas dans la bonne direction», s'est réjoui Paul-Christian Nolin, attaché de presse du maire.

Régis Labeaume avait relancé le débat en décembre, alors qu'il se disait même prêt à lui-même «aller la pelleter!» Parions que l'étude commandée par la CCBN lui évitera d'avoir à sortir sa pelle.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer