Alcool: Québec perd-elle son titre de championne de la modération?

Québec a perdu son titre de championne de... (123RF/William Perugini)

Agrandir

Québec a perdu son titre de championne de la modération au chapitre de la consommation d'alcool gagné il y a deux ans et le trophée s'y rattachant. Mais même si dans le nouveau sondage, la Capitale-Nationale n'est pas «championne», elle demeure parmi les régions où on avoue le moins d'excès.

123RF/William Perugini

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Nous aurions pu amorcer cet article sur l'alcool ainsi : «La Capitale-Nationale perd son trône. La région n'est plus championne de la modération au Québec.» Nous aurions pu, sauf que...

Il y a deux ans, Éduc'alcool publiait les résultats d'un premier sondage national. Le Soleil titrait : Consommation d'alcool : la Capitale-Nationale championne de la modération. Pourquoi? Les résidents de la région boivent en grand nombre, mais ils disaient alors ne pas faire autant d'excès que ceux avoués par les autres, par les Nord-Côtiers par exemple. Un excès, c'est 5 consommations et plus en une occasion.

Éduc'alcool avait donc remis un trophée au maire Régis Labeaume pour souligner cette victoire... Trophée qui lui a été retiré depuis, puisque dans la deuxième mouture du sondage dévoilée jeudi, d'autres régions ont surpassé la capitale.

Ça, c'est pour le spectacle de relations publiques. Nommer un vainqueur donne un prétexte pour parler de boisson, pour que les gens y pensent, se comparent, jaugent leurs habitudes à l'aune de celles de leurs contemporains. Célébrer un gagnant permet d'attirer l'attention sur l'objectif : faire comprendre que boire un peu, régulièrement, c'est mieux que boire beaucoup, à l'occasion.

Nuances

La réalité est cependant plus nuancée, convient le directeur général d'Éduc'alcool, Hubert Sacy. Le sondage commandé par l'organisme de sensibilisation a ses limites. Les résultats nationaux sont fiables à près de 1,9 %. Lorsqu'on se concentre sur les statistiques régionales, la marge d'erreur grimpe à 8 %. 

Cela a quel impact? Entre le champion de la modération et la cinquième position dans le palmarès, tout le monde est dans la marge d'erreur. Donc, tout le monde est à peu près à égalité.

Même si dans le nouveau sondage, la Capitale-Nationale n'est pas «championne», elle demeure parmi les régions où on avoue le moins d'excès. «La relation demeure relativement saine avec l'alcool.»

Et c'est quoi, une relation saine avec la bouteille? Comme les petits bonshommes de la télévision le répètent souvent (!), 2 verres par jours, maximum 10 la semaine pour les dames ; 3 par jour, maximum 15 par semaine pour les sieurs. 

Qu'arrive-t-il au-delà? «Si quelqu'un dépasse la limite, il ne va pas mourir sur le champ!» lance Hubert Sacy. «De temps en temps, les femmes peuvent aller jusqu'à 3, les hommes jusquà 4. [...] Ce n'est pas la fin du monde.» Sur la durée toutefois, le mal s'immisce lorsque l'abus devient régulier. Surtout au-dessus de la barre des 5 consommations quotidiennes, avance-t-il. «Il est de loin préférable de consommer régulièrement de petites quantités d'alcool que de prendre des cuites.»




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer