Manif de La Meute: Couillard s'inquiète, la police rassurante

La Meute a déjà manifesté à Québec plus... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

La Meute a déjà manifesté à Québec plus tôt cette année.

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Alors que deux manifestations sont prévues dimanche à Québec, l'une contre «l'immigration illégale» et l'autre favorable aux réfugiés et aux immigrants, le premier ministre Philippe Couillard dit craindre les dérapages. Mais le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) se veut rassurant et confiant «que tout se déroulera dans le bon ordre».

«C'est clair, c'est clair que ces éléments-là amènent un risque accru de dérapages. On l'a vu ailleurs», a affirmé M. Couillard lorsque questionné sur la journée de dimanche. 

«Comme je l'ai dit tantôt dans mon allocution, l'extrémisme d'un côté - et là, je ne parle pas des réfugiés, mais je parle des questions de terrorisme comme à Barcelone - et l'extrémisme de droite ou le racisme ou la xénophobie, ce sont deux scorpions dans une bouteille qui se nourrissent l'un de l'autre. Il faut être extrêmement conscient de ça, d'où l'importance du choix des mots», a indiqué le premier ministre en marge d'une conférence internationale sur la diversité sexuelle et la pluralité des genres, à Montréal.

La manifestation organisée par La Meute, qui dit s'opposer aux politiques des gouvernements Trudeau et Couillard en lien avec le «fléau de l'immigration illégale», doit débuter à 14h. Le lieu n'a pas encore été communiqué et devrait l'être samedi soir. 

L'autre rassemblement, qui veut s'opposer à La Meute et qui se dit ouvert à l'immigration et aux réfugiés, a donné rendez-vous à ses participants à 13h au carré d'Youville dans le but avoué de ne pas confronter directement ces derniers à leurs opposants. «On veut être certains que personne de notre groupe soit visé et que tout le monde demeure en sécurité», a expliqué le porte-parole de l'événement, Pablo Roy-Royas. 

Une expérience positive

Le SPVQ dit être au courant des risques d'affrontement entre les groupes, mais son porte-parole, David Poitras, précise que bien que le droit de manifester et la liberté d'expression soient reconnus, les autorités ne toléreront pas la violence, le vandalisme ou tout acte criminel. 

«Par expérience, on croit que tout va se dérouler dans le bon ordre», a ajouté M. Poitras qui rappelle que le 4 mars, des manifestations similaires et simultanées ont eu lieu dans la capitale sans accroc ni arrestation. «Oui, il y a eu quelques échanges verbaux», reconnaît-il, mais les altercations n'ont pas été plus loin. 

«Comme dans toute chose, le risque zéro n'existe pas», ajoute le porte-parole, mais il croit que les débordements à Québec sont rares et que dimanche ne devrait pas faire exception. Pour des raisons de stratégie, le SPVQ ne divulgue pas de détails sur les effectifs qu'il entend déployer, mais se dit fin prêt pour les événements.  Avec La Presse canadienne




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer