Un Québécois sur deux souhaite bloquer l'entrée des migrants

Des demandeurs d'asile récupèrent leur bagage à leur... (La Presse canadienne, Graham Hughes)

Agrandir

Des demandeurs d'asile récupèrent leur bagage à leur arrivée au poste frontalier de Lacolle.

La Presse canadienne, Graham Hughes

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Montréal

Environ la moitié des Québécois estiment que les autorités devraient empêcher les migrants d'entrer au pays directement à la frontière canado-américaine. Et près de 40 % croient qu'une arrivée importante de tels migrants rendra le Québec moins sécuritaire.

Ces données ressortent d'un sondage SOM réalisé pour Cogeco Nouvelles la semaine dernière, dans le contexte de l'arrivée chaque jour de centaines de demandeurs d'asile en provenance des États-Unis, souvent d'origine haïtienne.

Plus précisément, 51 % des personnes interrogées se sont dites d'accord avec l'énoncé «on devrait empêcher les migrants d'entrer au pays directement à la frontière canado-américaine».

Ce sont les gens de plus de 35 ans et ceux de la région de Québec qui sont les plus favorables à l'idée de les empêcher, dans des proportions de 57 à 59 %. À l'opposé, 37 % des personnes interrogées ne croient pas qu'il faille empêcher les migrants d'entrer au pays directement à la frontière canado-américaine.

«Discours jovialistes»

«Au moment où ça a eu lieu [le sondage], on avait des discours très jovialistes de la part de nos dirigeants : le premier ministre [Justin] Trudeau, le premier ministre [Philippe] Couillard, le maire de Montréal aussi, M. [Denis] Coderre. Donc, on avait l'impression que c'était "venez, entrez, c'est le bar ouvert, vous êtes acceptés"», a rapporté au cours d'une entrevue Éric Lacroix, coprésident de SOM, qui tente d'expliquer ainsi l'opinion des personnes interrogées.

«Il y avait une impression dans la population, aussi, à ce moment-là, qu'en agissant de façon illégale comme ça, donc en franchissant la frontière de façon illégale, ces gens-là allaient avoir un statut privilégié par rapport aux gens qui respectent les règles. Il y avait une réaction épidermique», a-t-il ajouté.

Le ton des dirigeants politiques a changé depuis, estime-t-il, au point où les résultats seraient peut-être différents si on réalisait le sondage aujourd'hui.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer