Cimetière musulman: la communauté ahmadiyya se réjouit

À Québec, la communauté ahmadiyya compte une quinzaine... (Le Soleil, Caroline Grégoire)

Agrandir

À Québec, la communauté ahmadiyya compte une quinzaine de croyants.

Le Soleil, Caroline Grégoire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La communauté musulmane ahmadiyya de Québec se réjouit que le Centre culturel islamique de Québec (CCIQ) soit désormais propriétaire d'un terrain qui permettra la création d'un cimetière pour les musulmans. Même si les ahmadis (membres de la communauté ahmadiyya, NDLR) font partie d'un courant minoritaire dans l'islam alors que le sunnisme est majoritaire, ils espèrent que cette transaction enverra un message d'accueil et de vivre-ensemble.

«Je pense que c'est une bonne nouvelle pour le CCIQ parce que je crois que c'est un droit fondamental de chaque personne qui devrait être capable d'être enterrée dans sa ville. Je pense que pour les membres de cette communauté [sunnite], de cette mosquée, c'est une excellente nouvelle», a réagi Raza Shah, imam de Québec pour la communauté ahmadiyya.

M. Shah estime qu'il s'agit aussi d'une bonne nouvelle pour les membres de sa communauté religieuse, bien qu'elle soit minoritaire. À Québec, ils sont une quinzaine de croyants, tandis que le mouvement sunnite rassemble une grande majorité des musulmans. 

«On n'est pas vraiment affecté directement parce qu'on a aussi nos propres cimetières au Canada. J'espère que si quelqu'un [de sa communauté] souhaite être enterré là-bas, j'espère qu'il sera capable», a-t-il dit. Il précise qu'il revient à l'équipe de gestion du cimetière de décider si un musulman ahmadi peut être enterré dans un cimetière musulman à majorité sunnite.

L'imam ne se sent pas exclu du débat même si aucun micro n'a été placé sous le nez d'un représentant de sa communauté religieuse durant le débat entourant la création d'un cimetière musulman. 

«Je ne me sens pas mal du tout parce que c'est naturel parce qu'ils sont plus nombreux alors ils vont avoir plus d'attention. Ça ne me décourage pas, je fais ce que je peux dans ma vie et ce qui est en mon pouvoir. J'ai des liens avec eux et si jamais ils sont intéressés à ce qu'on travaille ensemble, je suis toujours ouvert à ça», a-t-il avancé, ajoutant que les ahmadis partout dans le monde collaborent avec des croyants de toutes les religions pour défendre des valeurs de paix et d'ouverture. 

Raza Shah invite par la même occasion les membres du CCIQ à s'associer à sa communauté dans l'organisation de rencontres citoyennes qui permettent de déboulonner certaines fausses croyances vis-à-vis de l'islam et des musulmans.

Rencontre à Saint-Apollinaire

Samedi, pareille rencontre a eu lieu à Saint-Apollinaire, près de Québec, où un projet de cimetière musulman a été battu par référendum à la mi-juillet. Même si l'événement n'a pas attiré les foules, les quelques résidents de la municipalité qui se sont présentés auraient appris sur le message défendu par les ahmadis, estime l'imam.

«On veut donner la chance aux gens de venir dans un environnement facile, amical et informel pour qu'ils se sentent très à l'aise. Le but de cette séance était de créer des liens et des amitiés pour créer une société plus pacifique et promouvoir la paix pour tous les gens, indépendamment du contexte, de l'origine et de leur religion», a expliqué M. Shah. 

S'il est «malheureux» qu'une poignée de résidents aient pu bloquer le projet, Raza Shah n'hésite pas à miser encore plus sur l'éducation citoyenne afin de déconstruire les préjugés. «Il faut continuer de créer des opportunités. Le résultat est juste à cause de l'ignorance. Quand on ne connaît pas une chose, c'est naturel qu'on ait des craintes.»

***

Qu'est-ce que l'ahmadiyya?

L'ahmadiyya est un courant minoritaire de l'islam fondé à la fin du XIXe siècle en Inde. Ses quelques millions de croyants à travers le monde sont dirigés par un calife.

L'ahmadiyya se distingue du sunnisme - le courant islamique majoritaire - notamment sur des enjeux d'interprétation théologique, alors que les ahmadis croient en l'arrivée du Messie. Cette distinction a créé des tensions entre sunnites et ahmadis, si bien que certains groupes sunnites ont déclaré non musulmans les membres de la communauté ahmadiyya.

La communauté ahmadiyya prône la paix, la fraternité globale et la soumission à la volonté de Dieu.

***

Trudeau félicite le maire Labeaume

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a félicité samedi sur Twitter le maire de Québec, Régis Labeaume, pour avoir vendu un terrain à la communauté musulmane pour l'aménagement d'un cimetière exclusif à leur religion dans la capitale.

«Un grand et courageux pas en faveur de la dignité et de la décence. Félicitations au maire Labeaume d'avoir agi», a gazouillé le premier ministre, relayant du même coup une publication de Radio-Canada confirmant la nouvelle, annoncée vendredi. Justin Trudeau a transmis ses bons mots au maire Labeaume, en français et en anglais.  Fanny Lévesque




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer