Cimetière musulman à Québec: c'est réglé

Le coordonnateur par intérim du projet de cimetière, Boufeldja... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Le coordonnateur par intérim du projet de cimetière, Boufeldja Benabdallah, le maire Régis Labeaume et le président du CCIQ, Mohamed Labidi, ont rencontré la presse vendredi matin.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La Ville de Québec vend un terrain municipal à la communauté musulmane de Québec qui pourra aménager son cimetière tant désiré près de l'actuel cimetière Notre-Dame-de-Belmont à Sainte-Foy. La transaction de 270 000 $ est déjà approuvée et aucun changement de zonage n'est nécessaire.

Le maire Régis Labeaume et les représentants du Centre culturel islamique de Québec (CCIQ) étaient complices et tout sourire pour l'annonce faite vendredi avant-midi à l'hôtel de ville de Québec. Ils se sont mutuellement présentés comme des exemples de vivre ensemble et même de «mourir ensemble».

«Après tant d'années [...] de souffrance et d'attente, maintenant c'est avec soulagement que les citoyens musulmans de la ville de Québec et de sa grande région apprendront aujourd'hui qu'ils auront leur cimetière, leur propre cimetière», a résumé Boufeldja Benabdallah, coordonnateur par intérim du projet de cimetière, après un moment d'émotions.

Il a insisté sur le libre choix des musulmans de se faire enterrer là où ils veulent, avec maintenant l'option d'un cimetière exclusif à leur religion près de chez eux.

Le terrain de 5706 mètres carrés est bordé par le cimetière Belmont, catholique mais ouvert à toutes les confessions, et un dépôt à neige de la Ville de Québec. Situé en bas de la falaise, il sera relié à la rue Frank-Carrel par un chemin d'accès dont la construction débutera dans les prochaines semaines.

Les 270 000 $ (plus taxes) à recevoir respectent le prix du marché pour un terrain sans façade sur une rue passante, a précisé le maire. Les frais de notaire et les 200 000 $ nécessaires pour le chemin d'accès seront aussi payés par la communauté musulmane. Aucun bâtiment n'est planifié.

Les premières dépouilles pourront être enterrées dès cet automne et les besoins seront comblés pour une cinquantaine d'années selon les premiers calculs.

«Le zonage en vigueur permet la création d'un cimetière à cet endroit», a spécifié le maire Labeaume, qui ne voulait d'un référendum perdant comme à Saint-Apollinaire. «Nous croyons à la Ville de Québec que chaque être humain a droit à une sépulture dans la dignité et en harmonie avec ses croyances personnelles», a insisté le politicien.

C'est lui qui a précipité la transaction en soumettant le terrain, propriété municipale depuis 2015, à la communauté musulmane. L'offre a été faite lundi et approuvée unanimement par le conseil d'administration de la CCIQ et par le comité exécutif de la Ville de Québec. M. Labeaume a mis de la pression car il voulait régler le dossier avant de partir en vacances.

Pourquoi ne pas avoir fait d'offre avant? Parce qu'une offre d'achat était déjà déposée à Saint-Apollinaire, a expliqué le maire. Après le rejet du projet par référendum, il a «fait sortir les cartes» pour trouver un nouveau terrain.

Le président du CCIQ, Mohamed Labidi, visage de la communauté musulmane depuis l'attentat du 29 janvier à la mosquée de Québec, n'a pas caché que cette solution est encore meilleure que la précédente. «C'est un scénario idéal pour nous, ça nous tombe du ciel», a-t-il témoigné, heureux de récolter «les fruits de 20 ans de travail bénévole».

Il a remercié le maire Labeaume d'avoir respecté la promesse faite lors des commémorations pour les victimes de la tuerie, au début de février. «Vous aurez ce cimetière musulman», avait-il alors lancé à la grande satisfaction de la foule.

M. Benabdallah a d'ailleurs eu «une pensée fraternelle pour nos six frères qui ont disparu dans la tragédie du 29 janvier». Il croit que la création d'un cimetière musulman «mettra un peu de baume» sur les souffrances de ceux qui restent.

***

Chronologie des événements

2008: Le Centre culturel islamique de Québec (CCIQ) s'intéresse pour la première fois au terrain du cimetière Notre-Dame-de-Belmont, dans Sainte-Foy, qui appartient aujourd'hui à la Ville de Québec.

29 janvier 2017: Une fusillade à la mosquée de Québec fait six morts et de nombreux blessés.

3 février 2017: «Vous aurez ce cimetière musulman.» Régis Labeaume assure à la communauté musulmane qu'ils pourront enterrer leurs défunts à Québec.

19 février 2017: Les membres du CCIQ votent en faveur de l'achat d'un terrain à Saint-Apollinaire sur la Rive-Sud.

16 juillet 2017: Le projet de cimetière musulman est rejeté à Saint-Apollinaire lors d'un référendum auquel ont pris part 36 habitants bordant le terrain convoité.

4 août 2017: La Ville de Québec annonce qu'elle vend au CCIQ son terrain à proximité du cimetière Notre-Dame-de-Belmont, dans Sainte-Foy. Le dossier est officiellement réglé.




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer