La popularité de la baignade en rivière augmente les risques de noyades

La crue des eaux - particulièrement marquée cette... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

La crue des eaux - particulièrement marquée cette année - accroît le débit des rivières et accentue les risques de noyade.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean Philippe Angers
La Presse Canadienne
Montréal

Le nombre de noyades suit une tendance à la baisse au Québec depuis plusieurs années, mais la crue des eaux et un plus grand attrait de la baignade en rivière augmentent les risques dans les plans d'eau naturels.

Le directeur général de la Société de sauvetage au Québec, Raynald Hawkins, souligne que la crue des eaux - particulièrement marquée cette année - accroît le débit des rivières et accentue les risques. Aussi, M. Hawkins dit avoir constaté que de plus en plus de groupes veulent exploiter l'«exotisme» de certains secteurs de rivières pour organiser des activités qui incluent la baignade.

Or, rappelle le directeur général de la Société de sauvetage, des secteurs de rivières qui ne sont pas aménagés pour la baignade devraient être utilisés exclusivement pour des embarcations, avec le port de la veste de flottaison en tout temps.

M. Hawkins souligne que «plus souvent qu'autrement», ce sont de jeunes adultes et non des adolescents qui décident de s'aventurer dans ces lieux.

«Il y a certainement une augmentation de la fréquentation des rivières, comparativement à il y a une dizaine d'années. Vous savez, il n'est pas rare maintenant de voir des municipalités ou des organismes sans but lucratif venir exploiter dans le fond le côté exotique de la rivière. Et ça, on voit que c'est de plus en plus populaire», a-t-il fait valoir en entrevue, samedi.

«Et la particularité que l'on a, surtout cette année, c'est qu'on a une augmentation du débit d'eau qui en lui-même amène plus de risques. Les gens [...] tiennent pour acquis que c'est la même rivière qu'ils rencontrent jour après jour. On veut faire remarquer aux gens que la crue des eaux n'est pas terminée, à cause des pluies et averses abondantes qu'on a eues durant le mois de juin», a ajouté M. Hawkins.

29 décès cette année

Samedi, le nombre de décès par noyade au Québec se situait à 29 depuis le début de l'année, soit un de plus qu'à pareille date en 2016, selon les chiffres de la Société de sauvetage. Un homme d'une quarantaine d'années a sombré dans le fleuve Saint-Laurent après ce qui semble avoir été une baignade nocturne qui a mal tourné à Trois-Rivières aux petites heures, vendredi. La police de Trois-Rivières poursuivait les recherches, samedi.

Dans les piscines résidentielles, une nouvelle réglementation - mise en vigueur en 2010 par le ministère des Affaires municipales - a permis de réduire les décès de manière importante ces dernières années, faisant en sorte que les enfants aient moins accès aux installations.

«[La réglementation] est venue faire comprendre à la population que lorsqu'on aménage une piscine, il faut la rendre inaccessible, qu'elle soit creusée, hors terre, semi-creusée ou gonflable», a-t-il indiqué.

Toutefois, les personnes âgées qui décident de se baigner seules représentent une part croissante des décès. M. Hawkins fait valoir que la recommandation de ne pas se baigner seul «ne se limite pas aux jeunes enfants», mais concerne aussi les adultes. Si la personne a une défaillance, personne n'est près d'elle pour l'aider, a-t-il souligné.

Si la Semaine nationale de prévention de la noyade vient de se conclure, pour des dizaines de milliers de Québécois, ce sont les vacances qui s'amorcent, a rappelé M. Hawkins. «C'est donc pourquoi nous les invitons à suivre nos conseils de sécurité afin qu'ils aient de belles anecdotes à raconter de leurs vacances plutôt que des drames à faire vivre à leurs proches», a-t-il déclaré, faisant valoir que la sensibilisation demeure de mise bien que le bilan global des noyades se soit amélioré au Québec en 30 ans.

Depuis les années 90, on observe une tendance à la baisse du nombre annuel de noyades au Québec. Selon les données complètes disponibles de 2000 à 2014, un sommet de 97 noyades a été atteint en 2004, tandis qu'il y a eu 71 noyades en 2013, et 72 en 2014.

Selon des données provisoires et préliminaires, il y a eu 63 décès par noyade en 2015 au Québec, et 57 l'an dernier.

***

Nombre de décès par noyade au Québec

  • 2000 : 83
  • 2001 : 61
  • 2002 : 76
  • 2003 : 88
  • 2004 : 97
  • 2005 : 93
  • 2006 : 83
  • 2007 : 82
  • 2008 : 79
  • 2009 : 83
  • 2010 : 87
  • 2011 : 87
  • 2012 - 90
  • 2013 : 71
  • 2014 : 72
  • 2015 : 63
  • 2016 : 57
  • 2017 : 29 en date du 21 juillet
Source: Société de sauvetage. Les données provisoires et préliminaires concernant les décès par noyade recensées après 2014 proviennent d'informations parues dans les médias et sur Internet.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer