Plus de vacances pour les Québécois?

Actuellement, la loi prévoit deux semaines de vacances... (123RF/goodluz)

Agrandir

Actuellement, la loi prévoit deux semaines de vacances payées après une année chez le même employeur. Le nombre de semaines monte à trois après cinq ans de service.

123RF/goodluz

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le gouvernement Couillard se penchera sur la possibilité de bonifier le régime de vacances des Québécois assujettis à la Loi sur les normes du travail. Le premier ministre dit entendre la demande des jeunes familles à cet effet.

«Pour ce qui est de la semaine de vacances de plus, ce que je constate, sur le terrain, ce que mes candidats me disent, ce que mes députés me disent, c'est que les jeunes familles ont besoin de temps. On leur demande de quoi vous avez besoin? Vous avez besoin de plus d'argent? Oui, tout le monde voudrait plus d'argent. Mais, avant tout, les gens veulent du temps pour leur famille, pour leurs enfants. Ce type de politique m'intéresse.»

En parlant d'«une semaine de plus», Philippe Couillard faisait référence à la volonté annoncée plus tôt en journée par la première ministre ontarienne Kathleen Wynne d'accorder au moins «trois semaines de vacances» aux Ontariens «après cinq ans d'emploi avec le même employeur».

Au Québec, la Loi sur les normes du travail prévoit deux semaines de vacances payées après une année chez le même employeur. Elle prévoit déjà «trois semaines de vacances continues par année» après cinq ans de service.

Impossible pour l'heure de savoir si M. Couillard voulait dire qu'il souhaitait éventuellement ajouter une semaine de vacances au régime québécois ou permettre que la troisième semaine soit accordée plus tôt - pour les Québécois qui n'ont que la Loi sur les normes du travail comme protection.

«On n'annonce pas de politique gouvernementale aujourd'hui; on annonce un intérêt pour ça», s'est borné à dire M. Couillard mardi.

Ce que l'on comprend, c'est que son gouvernement planchera sur cette question d'ici la fin de son mandat électoral. Cela en étonnera quelques-uns, car ce dossier n'était pas sur la table de la ministre du Travail, Dominique Vien - du moins, pas avant que M. Couillard n'en parle. Il ne devait pas faire partie des mesures liées à la conciliation travail-famille que Mme Vien s'est engagée à revoir.

Salaire minimum à 15$...

Dans le plan qu'il a présenté mardi, le gouvernement ontarien a aussi indiqué son intention de hausser le salaire minimum en Ontario à 14$ l'heure en janvier 2018 et à 15$ en 2019. Au Québec, les syndicats et Québec solidaire revendiquent depuis plus d'un an que le salaire minimum soit porté à 15$. Le Parti québécois s'est joint à eux par la suite.

En janvier, la ministre Dominique Vien a présenté un plan de hausses du salaire minimum général au cours des prochaines années. Il est passé à 11,25$ l'heure le 1er mai. Il grimpera graduellement jusqu'à 12,45$ en 2020. La ministre du Travail vise à ce qu'il corresponde à 50% du salaire moyen au Québec.

Quinze dollars en Ontario en 2019 contre 12,45$ au Québec en 2020... La différence est appréciable, mais il faut regarder au-delà de ces chiffres, ont plaidé Philippe Couillard et le ministre de la Solidarité sociale, François Blais.

«Il faut regarder l'ensemble des politiques redistributives québécoises, a affirmé le premier ministre. Jusqu'à un revenu familial de 130 000$, il y a plus d'argent qui reste dans les poches des familles au Québec qu'en Ontario.»

D'autres mesures améliorant le revenu disponible des Québécois apparaîtront dans le 3e plan de lutte contre la pauvreté, a réitéré M. Blais. Dans ce plan, qui sera dévoilé l'automne prochain, le ministre indiquera comment son gouvernement entend hisser 100 000 Québécois de plus au-dessus du seuil de pauvreté d'ici la fin de 2022, comme il s'y est engagé il y a quelque temps.

Au gouvernement, on ignore combien de Québécois dépendent des normes minimales du travail pour leurs vacances, mais on sait qu'environ 350 600 personnes sont directement concernées par la fixation du salaire minimum.




À lire aussi

  • Brigitte Breton | Plus de vacances ne suffit pas

    Brigitte Breton

    Plus de vacances ne suffit pas

    ÉDITORIAL / Bon nombre de parents peinent à concilier les exigences du travail et celles de leur famille. Bonifier le régime de vacances prévu à la... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer