La police militaire chasse des militants pour le logement d'une maison de Sainte-Foy

La police militaire a lu l'avis d'éviction aux...

Agrandir

La police militaire a lu l'avis d'éviction aux occupants, en ordonnant à ceux-ci de quitter immédiatement la maison militaire située au 2590, rue Pierre-Martin.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Une trentaine de personnes ont occupé sur le coup de 15h lundi après-midi une maison militaire inhabitée de Sainte-Foy, à Québec. Près de 4h30 plus tard, la police militaire leur a ordonné de quitter les lieux.

Le tout s'est déroulé dans le calme, alors que les militants ont repris leurs sacs de couchage et leurs effets personnels avant de quitter. Plusieurs étaient prêts à y établir domicile pour quelques jours. 

L'occupation était organisée par le Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU). Elle visait à interpeller les gouvernements fédéral et provincial afin de leur demander de faire davantage en matière de logement social et de droit au logement. 

«Malheureusement, malgré la pluie de milliards annoncée par le fédéral, les engagements financiers du gouvernement fédéral et québécois vont se traduire cette année par seulement 3000 nouveaux logements sociaux pour tout le Québec. C'est insuffisant pour répondre à l'ampleur des besoins», a dénoncé Véronique Laflamme, porte-parole nationale du FRAPRU. 

Mme Laflamme estime que les besoins en logements sociaux sont grands dans la capitale, particulièrement dans Sainte-Foy où «des condos se construisent à la tonne». «Ce n'est pas ça qui permet d'améliorer les conditions de logement», a défendu la porte-parole. 

Selon elle, près de 41 % des ménages locataires dans Sainte-Foy paient plus que la norme de 30 % de leur revenu pour se loger. «C'est le cas notamment des jeunes locataires, mais il y a beaucoup de poches de pauvreté à Sainte-Foy», a-t-elle mentionné. 

Le choix du site de l'occupation n'a pas été laissé au hasard. La maison, propriété de l'armée canadienne, est inhabitée, mais bien entretenue. Des dizaines de maisons de ce quartier sont elles aussi laissées vacantes, parfois depuis 10 ou même 15 ans, selon Mme Laflamme. «On espère que les terrains publics, qui ont été payés par des générations de contribuables québécois, servent à améliorer les conditions de vie dans nos communautés», a renchéri Mme Laflamme. 

Intervention policière

Une occupation sur le même thème a aussi eu lieu à Montréal, où les policiers ont dû intervenir et procéder à des arrestations. 

Selon le porte-parole du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), Raphaël Bergeron, les protestataires ont chargé les policiers, qui ont ensuite dispersé la foule.

Certains manifestants sont entrés dans un centre hospitalier désaffecté à l'angle du boulevard René-Lévesque et de la rue Saint-André, rapporte l'agent Bergeron, qui n'a pas pu préciser le nombre d'arrestations effectuées. Avec La Presse canadienne




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer