Anorexie et boulimie: clavarder pour s'en sortir

Dès le 8 mai, les adolescents de 14... (123RF)

Agrandir

Dès le 8 mai, les adolescents de 14 à 18 ans pourront converser en direct avec un intervenant en ligne sur le site Web d'ANEB.

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Une Québécoise sur 10 souffrira d'un trouble alimentaire entre l'âge de 13 et 30 ans. Pour venir en aide aux plus jeunes d'entre elles, l'organisme Anorexie et boulimie Québec (ANEB) lance le premier service de clavardage en ligne destiné spécifiquement aux victimes de ce trouble de santé mentale.

Dès le 8 mai, les adolescents de 14 à 18 ans pourront converser en direct avec un intervenant en ligne sur le site Web d'ANEB (anebados.com). Le service fonctionnera les lundi, mardi et mercredi soir pour l'instant, mais «mon but à moi, c'est d'avoir ce système-là disponible 24h sur 24» éventuellement, indique Josée Champagne, directrice générale d'ANEB.

«C'est clair qu'il y a un besoin. [...] Il y a des services super au niveau du traitement», mais très peu en prévention, et encore moins en prévention chez les jeunes, déplore-t-elle. «Avant de se rendre à l'hôpital, il n'y a pas grand-chose [d'offert] dans la communauté.»

Une fois ce constat fait, «on voulait mettre à la disposition des jeunes une façon très accessible et facile de pouvoir communiquer avec un intervenant». La réponse est passée par le Web, bien sûr.

Car en plus de la commodité de ce mode de communication, particulièrement chez les jeunes, le clavardage amène une impression plus grande d'anonymat pour la personne en quête de soutien, ce qui peut faciliter le contact, mentionne Chantal Vignola, directrice des communications chez Tel-Jeunes, organisme dont le service de clavardage par textos a été mis sur pied en 2013.

Les 14 à 25 ans plus vulnérables

Depuis 30 ans, Anorexie et boulimie Québec offre une aide spécialisée et gratuite à l'échelle de la province aux personnes souffrant d'un trouble alimentaire ou à leurs proches. Ça représente environ 6500 appels reçus au 1-800-630-0907 par année.

Pourquoi s'intéresser plus concrètement aux jeunes? Parce que selon l'organisme, entre 1 et 4 % des adolescents répondent aux critères de l'anorexie ou de la boulimie, alors qu'environ 5 % souffrent de troubles de la conduite alimentaire non spécifiés. Les 14 à 25 ans seraient d'ailleurs les plus propices à développer ce genre de troubles. «Pour certains jeunes vulnérables à développer des troubles alimentaires, se mettre au régime, ça peut tout faire basculer», indique Josée Champagne.

Parmi les autres organismes de soutien offrant un service de clavardage, mentionnons Jeunesse, j'écoute, Gai écoute et Alloprof.

Quelques chiffres

  • 3 % des femmes souffrent d'un trouble alimentaire sévère
  • 10 % des femmes de 13 à 30 ans souffrent d'un trouble alimentaire
  • De 5 à 15 % des cas d'anorexie et de boulimie sont observés chez les hommes
  • 50 % des jeunes de niveau secondaire sont insatisfaits de leur apparence
  • 56 % des femmes ayant un poids santé selon leur indice de masse corporelle veulent perdre du poids.
Source: Secrétariat à la condition féminine




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer