The Story of Us: des excuses réclamées à CBC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Désagréablement surprise par le traitement réservé aux francophones «qui ont l'air des mendiants» et aux Premières Nations dans la série télé de CBC portant sur l'histoire du Canada, The Story of Us, la porte-parole conservatrice en matière de francophonie, Sylvie Boucher, réclame des excuses de la société d'État. Un peu plus tard dans la journée jeudi, le gouvernement Couillard lui a emboîté le pas.

La députée de Beauport-Côte-de-Beaupré-Île d'Orléans-Charlevoix fera sa requête de façon plus officielle par l'intermédiaire d'une lettre qu'elle enverra d'ici la fin de la semaine à CBC afin que celle-ci fasse son mea culpa aux groupes dont l'histoire a été écorchée. «Il faut que CBC rende des comptes», s'exclame celle qui estime qu'avec les 675 millions $ versés à la société d'État, «ils auraient au moins dû se payer de bons historiens».

«On parle des peuples fondateurs, mais très peu du Québec, on passe sous silence la déportation des Acadiens et on parle des Premières Nations en deux ou trois phrases», énumère la conservatrice qui regrette aussi que les Patriotes soient quasi absents du récit. Selon elle, la série télévisée diffusée dans le cadre du 150e du Canada aurait pu devenir «une anthologie», mais le contraire s'est produit. «[Le premier ministre] Justin Trudeau, en introduction, dit que c'est une série pour nous unifier, mais c'est pas ça pantoute!» s'indigne-t-elle.

Les francophones des «mendiants»

La représentation de Samuel de Champlain l'a particulièrement choquée. «Il a l'air d'un homme taciturne, il est sale...», décrit Sylvie Boucher. «Du côté anglophone, les personnages sont tous bien habillés, ils sont soignés et ont l'air des hommes de pouvoir. Les francophones, on a l'air de mendier une place et ça m'a dérangée. Ce n'est pas ce que nous sommes, ce n'est pas ce que nous avons été et ce n'est pas ce nous serons!»

Sylvie Boucher dit avoir parlé directement à la ministre du Patrimoine, Mélanie Joly, mais celle-ci lui a répété qu'elle refusait d'interférer dans le contenu de CBC. Dans une lettre d'opinion publiée dimanche dans le Globe and Mail, quatre universitaires québécois ont dénoncé «l'anglocentrisme de la série Canada: The Story of Us». Questionnée sur le sujet à Ottawa en début de semaine, la ministre Joly avait affirmé qu'il était «important que l'on puisse avoir ces conversations difficiles sur notre histoire» puis indiqué qu'elle ne commenterait pas davantage puisque la programmation à CBC/Radio-Canada ne relevait pas de ses responsabilités.

Québec emboîte le pas

Après une sortie similaire du Parti québécois sur le sujet, le ministre des Affaires intergouvernementales canadiennes, Jean-Marc Fournier, a lui aussi reconnu qu'il y avait un problème dans cette série et qu'elle était reçue négativement. Mais il y voit une occasion de dialoguer «about us».

Plus tard, il a affirmé qu'il était «évident» de par sa réponse qu'il fallait comprendre que «la CBC devrait faire des excuses, s'exprimer sur la façon dont on tient une production qui doit, selon le titre, parler de nous, et dans lequel il y a une grande partie du nous qui dit: où sommes-nous?» a-t-il formulé. Les modalités de la demande d'excuses restaient à préciser jeudi.  Avec La Presse canadienne




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer