Moins de Canadiens refoulés à la frontière américaine

Le nombre de Canadiens ayant été refusés aux... (Archives La Presse)

Agrandir

Le nombre de Canadiens ayant été refusés aux points de passage terrestre obligatoires entre le mois d'octobre dernier et la fin de février a chuté de 8,5 % par rapport à la même période de cinq mois, un an auparavant, selon des données du gouvernement américain.

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mike Blanchfield, Stephanie Levitz
La Presse Canadienne
Ottawa

Un moins grand nombre de Canadiens ont été refusés aux douanes par les États-Unis au cours des derniers mois malgré les inquiétudes grandissantes à ce sujet depuis l'arrivée à la Maison-Blanche de Donald Trump, indiquent des données obtenues par La Presse canadienne.

Le nombre de Canadiens ayant été refusés aux points de passage terrestre obligatoires entre le mois d'octobre dernier et la fin de février a chuté de 8,5 % par rapport à la même période de cinq mois, un an auparavant, selon des données du gouvernement américain.

Le nombre total de touristes canadiens n'ayant pu accéder au territoire américain a également diminué: 6875 des 12 991 027 touristes canadiens ont été refoulés à la frontière, un taux de 0,05 %. Entre octobre 2015 et février 2016, ce chiffre s'élevait à 7619 sur 13 173 1000, un taux de 0,06 %.

Ces données, confirmées par l'agence des services frontaliers américains, contredisent les nombreux reportages anecdotiques sur des Canadiens s'étant vu refuser l'entrée chez l'Oncle Sam.

Plusieurs Canadiens frustrés par cette situation ont jeté le blâme aux nouvelles politiques de l'administration Trump, soulignant les deux décrets-lois visant à empêcher l'accès aux États-Unis à des citoyens provenant de plusieurs pays dont la population est à majorité musulmane. Ces deux décrets ont été suspendus par le système judiciaire américain.

Une étude plus poussée des données révèle aussi une forte diminution du nombre des Canadiens refusés à la frontière américaine au cours des deux premiers mois de l'année: 2600 comparativement aux 3500 qui l'avaient été en janvier et février 2016.

Plusieurs hypothèses

Les défenseurs de l'immigration et des droits de la personne au Canada conseillent de lire ces données avec prudence. Selon eux, elles ne révèlent pas toute la réalité.

Lorne Waldman, un avocat spécialisé en droit de l'immigration, dit recevoir un plus grand nombre d'appels de gens prévoyant aller faire un séjour aux États-Unis qui veulent s'assurer d'avoir les bons documents. La diminution du taux de refus peut être attribuable au fait que les gens sont tout simplement mieux préparés qu'auparavant.

«Les gens au Canada avaient l'habitude de tenir pour acquis qu'il n'avait qu'à se rendre à la frontière, mais ce n'est plus le cas, souligne-t-il. La prise de conscience résultant de toute la publicité entourant l'immigration, a amené les gens à être plus prudents à ce sujet.»

Les nouvelles données américaines n'identifient pas les causes des refus. Il existe plus de 60 raisons pour être refoulé à la frontière américaine. On ne sait pas pourquoi les gens le sont.

Me Waldman ajoute que la baisse des refus signifie peut-être qu'un moins grand nombre de Canadiens se rendent aux États-Unis. Après tout, avance-t-il, un certain nombre de groupes et d'organisations ont annoncé qu'ils avaient annulé des séjours en sol américain.

Ainsi de la plus importante commission scolaire au pays, la Commission scolaire du district de Toronto - qui compte 245 000 élèves - a annoncé jeudi qu'elle suspendait indéfiniment tout voyage scolaire aux États-Unis à cause des incertitudes concernant les restrictions à la frontière.

Le nombre de refus n'est pas seulement la seule source d'inquiétude, dit la directrice du Projet sur la confidentialité, la technologie et la surveillance de l'Association canadienne des libertés civiles, Brenda McPhail.

«On s'inquiète aussi de l'augmentation du nombre des détentions temporaires et des fouilles intempestives, comme la fouille des appareils électroniques, indique-t-elle. Les données ne disent pas si le nombre de fouilles a augmenté, si la période d'attente pour les gens qui sont détenus à la frontière avant de les laisser entrer [aux États-Unis] a changé.»

Rafles anti-immigration: stress et inquiétude chez les Mexicains établis au Texas

Pour plusieurs Mexicains sans papiers au Texas, la... (AP, Eric Gay) - image 3.0

Agrandir

Pour plusieurs Mexicains sans papiers au Texas, la crainte d'être déporté après avoir été arrêté est bien présente.

AP, Eric Gay

Des enfants angoissés qui ne veulent plus sortir de la maison, le stress de voir les familles séparées ou les enfants abandonnés aux autorités si les parents sont déportés : les rafles anti-immigration ciblées de février ont peut-être cessé à Austin au Texas, mais l'anxiété demeure palpable chez les Mexicains sans papiers vivant aux États-Unis.

Rosa (les noms des personnes interviewées dans ce reportage ont été modifiés) n'a pu parler à son mari pendant des jours en février, après qu'il eut été arrêté juste après avoir déposé leurs enfants à l'école.

La femme, avec qui La Presse canadienne s'est entretenue à Austin, est née au Mexique, comme son mari, et leur statut n'est toujours pas régularisé. Par contre, leurs trois filles - âgées de 3, 6 et 8 ans - sont nées au Texas et sont donc des citoyennes américaines.

Son mari Ignacio n'a pas d'antécédents criminels et n'a jamais eu de démêlés avec l'immigration depuis son arrivée en sol américain en 2003, dit-elle. Il travaillait comme cuisinier dans un restaurant.

Mais le 10 février, il s'est fait arrêter - lors de raids d'immigration plus intenses, pendant lesquels des centaines de personnes ont été mises en détention au pays - car le camion qu'il conduisait était enregistré au nom de son beau-frère, qui lui était recherché par la police. Lors du contrôle d'identité, Ignacio a été appréhendé puis remis aux Services américains de l'Immigration et des douanes - communément appelé par son abréviation «ICE». Il s'est retrouvé derrière les barreaux.

Ignacio a depuis été libéré, mais lui et sa famille vivent avec une épée de Damoclès au-dessus de leurs têtes. Le processus légal a été enclenché, mais il ne sait pas s'il sera déporté ou non. Il ne peut travailler pour trois mois et est ainsi incapable de soutenir sa famille.

«Les filles pleurent tout le temps. Elles ont peur. Elles ne veulent plus sortir de la maison», rapporte Rosa.

Elles craignent que leur père se fasse arrêter à nouveau.

Rosa aussi a peur. «Je ne peux pas l'expliquer. J'avais peur. Cela a changé nos vies de façon radicale», explique-t-elle dans un anglais hésitant, ajoutant qu'elle est consciente qu'elle vit aux États-Unis illégalement.

Et elle a toujours peur, car cette menace pèse sans interruption. «Une de mes amies m'a dit qu'un de ses proches a été arrêté la semaine dernière», dit-elle.

Alberto est dans une autre situation - qu'il partage avec bien d'autres. Entré au pays légalement en 2003 avec un visa, il y est resté après son expiration, sans le renouveler. Il travaille tantôt comme mécanicien, tantôt pour une entreprise qui rembourre des meubles.

Depuis l'élection du président Donald Trump, il sent la pression, comme beaucoup d'autres, dit-il, de régulariser sa situation. Il n'a jamais eu d'ennuis avec les forces de l'ordre, mais il voit que les choses ont changé depuis novembre, car le nouveau président a promis de serrer la vis aux «illégaux».

Le problème? Il n'a pas l'argent pour payer un avocat qui pourrait s'occuper de son cas. «C'est angoissant parce qu'on ne sait pas ce qui peut arriver. On a peur, à chaque fois qu'on est dans la rue», dit-il.

200 000 «sans-papiers»

Rosa, Ignacio et leur famille ne sont pas seuls à vivre dans cette situation au Texas - un État frontalier du Mexique - et à s'inquiéter pour leurs proches et leurs enfants. Le consul général à Austin estime d'ailleurs que la moitié des 200 000 Mexicains vivant dans la région sont «sans-papiers».

D'ailleurs, la question que les illégaux posent le plus fréquemment au consulat mexicain à Austin est : «Que va-t-il arriver à mes enfants si je suis déporté», confie Carlos Gonzales Gutiérrez à La Presse canadienne.

Des employés du consulat se rendent régulièrement dans les centres de détention de ICE pour offrir des conseils légaux aux personnes arrêtées de même que de l'aide et des ateliers d'information aux familles inquiètes.

On leur explique qu'elles peuvent donner des procurations à des membres de leurs familles afin que ceux-ci puissent récupérer leurs enfants et éviter qu'ils ne se retrouvent entre les mains des services sociaux et comment obtenir la nationalité américaine pour leurs enfants nés aux États-Unis.

«Au mauvais moment, au mauvais endroit»

Des opérations concertées de ICE ont eu lieu au début du mois de février dans plusieurs villes américaines. Alors que les autorités disaient arrêter uniquement les criminels pour les déporter, bien des personnes qui se sont retrouvées derrière les barreaux n'avaient commis aucun crime «autre que d'être au pays sans papiers», précise le consul du Mexique à Austin.

«Elles se trouvaient au mauvais endroit au mauvais moment», lâche M. Gonzales Gutiérrez.

Les ressortissants du Mexique habitant à Austin ont été particulièrement touchés. Il y a eu 51 arrestations en une semaine seulement au début de février, ce qui constitue une nette augmentation, affirme-t-il. Alors qu'il y a normalement deux ou trois arrestations par semaine de Mexicains qui vivent illégalement aux États-Unis, soudainement, il y a eu 14 arrestations le 9 février, puis le lendemain, 30.

Selon le consul, il n'y a pas de preuve que les arrestations étaient faites au hasard et que toutes les personnes franchissant un poste de contrôle établi sur un coin de rue pouvaient être automatiquement arrêtées, contrairement à ce qui a abondamment circulé sur les médias sociaux, générant bien des inquiétudes.

Il rapporte avoir vu des marchés d'alimentation, des garages, des restaurants vides cette semaine-là, car les Mexicains n'osaient plus sortir. Des familles sont séparées lorsque le père est déporté, ajoute-t-il.

Depuis, la situation est revenue à la normale, alors qu'il y a deux à quatre arrestations par jour, affirme M. Gonzales Gutiérrez.

«Mais l'anxiété demeure», dit-il en entrevue, dans la cour du centre culturel mexico-américain à Austin. «Cela a créé un choc et un niveau d'anxiété. Certains ont été détenus juste à l'extérieur des écoles, après y avoir déposé leurs enfants, d'autres ont été détenus en plein coeur des quartiers immigrants.»

Beaucoup d'entre eux avaient des racines bien établies dans la région : maison, travail, enfants à l'école, souligne-t-il.

Des 51 personnes détenues par ICE, quelques-unes ont signé leur acte de déportation volontaire, d'autres l'ont été ou le seront sur ordre d'un juge, certains avaient commis des crimes graves et seront aussi déportés, et le reste tente de se battre devant des juges d'immigration.

M. Gonzales Gutiérrez déplore aussi le fait que ce climat «anti-immigrants» a donné une impression de pouvoir à certains policiers, qui se sentent autorisés à avoir une attitude plus agressive. Mais pas à Austin, précise-t-il immédiatement. Il juge sa population, comme les policiers, très inclusive et ouverte. La ville s'est d'ailleurs déclarée «ville-sanctuaire» et les autorités du comté refusent de remettre aux autorités fédérales des immigrants sans papiers.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer