Un GI Bill canadien pour aider les vétérans à étudier

Le budget Morneau prévoit des mesures pour les... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Le budget Morneau prévoit des mesures pour les vétérans pour un total de 725 millions $.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Après six ans de service, les vétérans des Forces armées canadiennes pourraient avoir accès à 40 000 $ pour retourner sur les bancs d'école. Une mesure calquée sur le GI Bill américain adopté par le gouvernement de Franklin D. Roosevelt pendant la Seconde Guerre mondiale.

Ottawa dit vouloir aider les militaires ayant servi le pays à avoir «une transition fructueuse vers la vie civile» en créant une nouvelle prestation pour les études et la formation. Celle-ci leur fournira des fonds afin de fréquenter un collège, une université ou une école technique lorsqu'ils accrocheront leur uniforme. 

Après six ans de service, les anciens combattants auraient droit à des prestations pouvant atteindre 40 000 $ tandis que ceux ayant servi dans les Forces armées pendant au moins 12 ans pourraient toucher jusqu'au double, soit 80 000 $. 

Ce programme débuterait en avril 2018 pour les anciens combattants ayant «été libérés honorablement» le 1er avril 2006 et après cette date. 

«Il était temps»

Pour Jonathan Wade, vétéran de l'armée canadienne depuis 2014, ce nouveau programme est une excellente nouvelle. «Surtout pour ceux qui aspirent à autre chose qu'une carrière de plombier ou d'électricien», souligne-t-il. Jusqu'à aujourd'hui, seuls les vétérans blessés avaient droit à de l'aide gouvernementale canadienne pour se réorienter et ceux-ci devaient obligatoirement choisir une formation avec un emploi garanti à la clé. 

«95 % des demandes pour aller à l'université étaient refusées», soutient M. Wade. Il estime que peu de ses qualifications acquises dans l'armée lui sont utiles dans le civil et que la mesure touchera beaucoup de ses camarades d'armes, nombreux à avoir quitté l'armée à la fin de la mission en Afghanistan. «Je pense qu'il était temps», fait-il valoir, ajoutant que nos voisins du Sud ont un tel programme depuis belle lurette. 

Afin d'éviter les erreurs de la Première Guerre mondiale où nombre de soldats américains - communément appelés G.I. - de retour des champs de bataille se sont retrouvés désoeuvrés, le gouvernement de Franklin D. Roosevelt a adopté le GI bill en 1944 permettant aux vétérans de toucher des subventions pour retourner sur les bancs d'école ou avoir accès à des formations. Trois ans plus tard et deux après la fin de la Seconde Guerre mondiale, 49 % des inscriptions dans les collèges provenaient de militaires à la retraite.

D'autres mesures pour les vétérans

D'autres mesures ont été présentées dans le budget pour les vétérans pour un total de

725 millions $. On compte parmi celles-ci des bénéfices financiers à de proches aidants qui s'occupent de militaires blessés, des fonds alloués à des organisations menant des enjeux touchant les vétérans et pour la création d'un fonds d'urgence. Par contre, il n'est pas mention d'offrir une pension à vie aux anciens soldats blessés, une mesure promise lors de la campagne électorale de 2015.  Avec La Presse canadienne




À lire aussi

  • Pierre Asselin | Un budget pour tuer le temps

    Pierre Asselin

    Un budget pour tuer le temps

    ÉDITORIAL / Le budget Morneau de 2017 semble conçu d'abord et avant tout pour gagner du temps. Les grandes mesures ont été annoncées en 2016 et... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer