Ottawa sensibilisé à l'extrémisme de droite

Ottawa sera fort probablement plus sensible aux travaux... (Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Ottawa sera fort probablement plus sensible aux travaux de chercheurs portant sur les différents types de radicalisme et en particulier celui d'extrême droite dont semblait se réclamer Alexandre Bissonnette, l'accusé derrière l'attaque de Québec qui a fait six victimes.

Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Dans le cadre de son plan de lutte contre la radicalisation de 35 millions $, Ottawa accordera davantage d'attention aux projets de recherche visant le type de radicalisme qui semble avoir incité Alexandre Bissonnette à s'en prendre aux fidèles de la Grande Mosquée de Québec le 29 janvier.

Pour l'instant, l'attentat n'a pas modifié les grandes lignes de la stratégie du gouvernement fédéral pour lutter contre la radicalisation menant à la violence au pays. Mais Ottawa sera fort probablement plus sensible aux travaux de chercheurs portant sur les différents types de radicalisme et en particulier celui d'extrême droite dont semblait se réclamer l'accusé derrière l'attaque de Québec qui a fait six victimes. 

C'est du moins ce qu'a indiqué au Soleil le bureau du ministre de la Sécurité publique du Canada, Ralph Goodale. «Il y aura certainement un intérêt plus grand pour ce type de recherches qui seront soumises par les partenaires du futur bureau du coordonnateur de la sensibilisation des collectivités et de la lutte contre la radicalisation», a affirmé le porte-parole du ministre, Scott Bardsley.

Dans le budget 2016, les libéraux proposaient d'octroyer 35 millions $ sur cinq ans et 10 millions par année par la suite afin de mettre sur pied la future entité fédérale. Celle-ci n'a pas encore vu le jour mais selon M. Bardsley, elle sera lancée «dans les mois à venir». Le processus est d'ailleurs en cours pour nommer son coordonnateur, précise-t-il. 

Mesure du dernier budget

Le bureau «exercera un leadership quant à la réponse du Canada à la radicalisation menant à la violence, coordonnera les initiatives fédérales-provinciales-territoriales et internationales, et soutiendra la sensibilisation des collectivités et la recherche», peut-on lire dans le dernier budget. Avec sa création, le Canada aspire à devenir un leader mondial dans la lutte contre la radicalisation. 

Le précédent gouvernement de Stephen Harper avait pour sa part mis sur pied en 2011 le projet Kanishka, un programme de recherche portant spécifiquement sur le terrorisme. Il était doté d'une enveloppe de 10 millions $ et avait permis de financer plus d'une trentaine de projets de recherche.

La semaine dernière, Le Soleil révélait que de nombreux chercheurs québécois craignaient de rater le train de la recherche sur le radicalisme en raison du peu d'investissements du gouvernement du Québec dans ce champ d'études précis. Ils soutiennent qu'à l'heure actuelle, les racines du phénomène sont peu étudiées, ce qui empêche notamment de circonscrire correctement les programmes d'intervention et aussi de les évaluer.

Les fidèles de la mosquée auront une carte d'accès

Le Centre culturel islamique de Québec (CCIQ) a déjà entrepris les démarches pour rendre plus sécuritaire la mosquée du chemin Sainte-Foy où six fidèles sont morts et cinq autres ont été blessés par un tireur pendant la prière du soir le dimanche 29 janvier.

Une réunion a eu lieu mardi soir pour entendre les membres de la communauté musulmane parler de leurs craintes à la suite de la sanglante fusillade. «Plusieurs ont exprimé leur sentiment d'insécurité et leur peur, rapporte Mohamed Aminashem, responsable des affaires sociales pour le CCIQ. Ils n'osent plus envoyer leurs enfants à la mosquée. La fin de semaine dernière, très peu d'enfants participaient au cours de langue arabe alors qu'ils sont habituellement présents en grand nombre», illustre-t-il.

Comme en faisait mention Le Soleil dimanche, la sécurité sera améliorée à court terme. «Nous avons pris contact avec des entreprises spécialisées pour sécuriser les portes et le système d'alerte. Dorénavant, nous pourrons avoir accès à la mosquée avec une carte magnétique», confirme le représentant.

Le projet d'agrandissement de la mosquée du chemin Sainte-Foy, qui traînait dans les cartons depuis déjà quelques mois, sera mis en branle au printemps. Il permettra d'augmenter le nombre de sorties de secours en cas d'évacuation.

Enfin, des bénévoles devraient se relayer au cours des prochaines semaines pour surveiller les accès au moment de la prière. «Il n'y a pas de système infaillible, mais ça devrait rassurer les membres», indique M. Aminashem. L'amélioration de la sécurité touche aussi la mosquée de l'avenue Myrand.  Jean-François Néron




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer