Des cheveux pour Cody

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Quand le cancer du cerveau a frappé dans une classe de 4e année, toute l'école Saint-Pierre de l'île d'Orléans était sous le choc. Mardi, une enseignante a eu l'idée de profiter de la Saint-Valentin pour envoyer une grosse dose d'amour au jeune malade, Cody Bourdeau.

«On est frère et soeur de Coco!» a lancé l'enseignante Geneviève Filteau à Cody, qui a assisté au Défi têtes rasées de Leucan directement de son lit d'hôpital. Grâce à une tablette dotée de l'application FaceTime, il a pu voir Mme Filteau de même que huit de ses amis se faire couper ou raser les cheveux, en signe de compassion.

Entrés dans le gymnase sur la chanson Eye of the Tiger et les applaudissements de tous les élèves de l'école, les quatre filles et quatre garçons volontaires pour réaliser le défi sont ensuite passés sous les ciseaux et rasoirs de trois mamans et coiffeuses bénévoles. Toutes dotées de longs cheveux, les filles les ont donnés afin qu'ils servent à faire des perruques pour les malades qui subissent de la chimiothérapie.

Mme Filteau a été la première à s'inscrire au défi, mais elle «espérait secrètement» que quelques élèves courageux se joignent à elle. «Ça a fait boule de neige!» a-t-elle constaté mardi. Tellement que la centaine d'élèves de l'école et leurs familles ont réussi à amasser 6100 $ pour Leucan.

Cody Bourdeau a commencé l'année scolaire comme tous les autres élèves, sauf qu'après quelques semaines, il s'est mis à avoir des pertes de conscience, à être étourdi et à avoir des vomissements. 

En octobre, il a dû quitter les bancs d'école pour suivre ses traitements contre le cancer du système nerveux central. Son frère Maverick, en 6e année, était très heureux de constater la générosité de ses amis. «On est solidaires, pis on laisse personne tomber. Quand même qu'il est pas à l'école, on a réussi à le contacter. C'est un beau geste», a-t-il commenté.

Mme Filteau a organisé le tout parce que l'histoire de Cody l'a touchée, mais aussi parce que des membres de sa famille combattent le cancer. Son père avait justement un rendez-vous chez le médecin à ce sujet dans l'après-midi. Mélanie Ferland, une des coiffeuses bénévoles, a aussi combattu un cancer du sein l'année dernière. «C'est sûr que quand on est passés par là, ça nous tient encore plus à coeur», a-t-elle commenté.

Malgré l'omniprésence de la maladie, Mme Filteau souhaitait que le défi soit un événement qui reste joyeux. «Les enfants m'ont donné l'énergie de ne pas pleurer», a-t-elle lancé en bout de piste, satisfaite.

Olivier Mercier, chargé de projet au développement philanthropique à Leucan, raconte que les Défis têtes rasées sont plus courants dans les écoles secondaires que primaires. Par contre, comme plusieurs enfants reçoivent un diagnostic de cancer en bas âge, Leucan mise de plus en plus sur la sensibilisation dans les écoles primaires, en adaptant le discours pour les plus jeunes.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer