À 54 ans, elle retrouve sa mère perdue depuis l'enfance

Kathleen, Nicole et Linda, les trois tantes biologiques... (courtoisie Lise Couture)

Agrandir

Kathleen, Nicole et Linda, les trois tantes biologiques de Lise Couture, ont épluché les dossiers et certifié que leur soeur était vraiment sa mère.

courtoisie Lise Couture

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le «cri du coeur» de Lise Couture a porté ses fruits. Celle qui cherchait sa mère depuis sa tendre enfance l'a enfin trouvée, dans une résidence pour personnes âgées de Trois-Rivières.

«C'était comme si je faisais partie de la famille tout de suite en rentrant dans la chambre», s'est exclamée Mme Couture en entrevue. Elle s'attendait à trouver une femme lourdement affectée par la démence, mais a eu la surprise de trouver une mère encore relativement en forme.

«Elle a chanté du Elvis et m'a fait une liste d'épicerie et de commissions à faire! C'était vraiment comique», raconte Mme Couture en riant. Ces retrouvailles ont été, pour la femme de 54 ans de Lévis, un véritable baume sur le coeur. «J'étais seule sur mon île et là, j'ai retrouvé une famille où j'ai été accueillie avec beaucoup d'amour, les bras ouverts.»

Après l'entrevue accordée au Soleil et publiée le 5 février dernier, Mme Couture a multiplié les entrevues médiatiques. C'est lors de son passage à LCN que l'une de ses tantes biologiques a reconnu son histoire et l'a contactée. Après avoir épluché les dossiers et certifié que leur soeur était vraiment sa mère, Kathleen, Nicole et Linda ont décidé de faire les présentations.

Lise Couture... (Le Soleil, Patrice Laroche) - image 2.0

Agrandir

Lise Couture

Le Soleil, Patrice Laroche

Veiller sur sa mère

Lise Couture compte maintenant veiller sur sa mère et aller la voir régulièrement. Elle a appris qu'elle n'avait pas d'autre frère ou soeur biologique. Mais retrouver des tantes est déjà très important, pour celle dont les parents adoptifs sont décédés depuis longtemps. 

Lise Couture a pu voir sa mère parce qu'elle l'a retrouvée par ses propres moyens. Par contre, comme celle-ci est sous la protection de la curatelle publique, elle ne peut publier son nom. 

Elle compte continuer le combat dans les prochains mois pour que le projet de loi 113 soit rapidement adopté par le gouvernement du Québec. Cette loi permettrait à des milliers de Québécois de ne plus «perdre de temps» et d'avoir accès à des informations sur leurs parents ou leurs enfants biologiques.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer