La Grande Mosquée de Québec rouvre ses portes

Les accolades, pleurs et bises étaient nombreux, mais... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Les accolades, pleurs et bises étaient nombreux, mais l'heure était à la prière et à la solidarité.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La Grande Mosquée de Québec, lieu de la fusillade de dimanche dernier qui a fait six morts, rouvrait ses portes samedi. «Malgré toutes les circonstances, c'est une mosquée au nom d'Allah. Elle doit être toujours ouverte», répétait le président du Centre culturel islamique de Québec (CCIQ), Mohamed Yangui.

Les accolades, pleurs et bises étaient nombreux, mais l'heure était à la prière et à la solidarité. La pièce principale, au rez-de-chaussée, témoigne encore de la violence de la fusillade. Malgré certains éléments qui rappellent la perte des six victimes, plusieurs sont venus prier à la mosquée du chemin Sainte-Foy, samedi après-midi, pour la première fois depuis près d'une semaine.

«On est toujours fiers d'ouvrir une mosquée. On va faire toutes les prières. Pour nous, c'est très important de faire toutes les prières à la mosquée», a indiqué M. Yangui. Le premier étage a été nettoyé pour la réouverture, tandis que le rez-de-chaussée sera entièrement rénové. Tout le décor sera changé, en espérant que les fidèles n'oublient pas la tragédie dont la mosquée a été la cible. «Souhaitons avec le temps que ça va se rétablir», a-t-il laissé tomber. 

Venu de Montréal pour offrir ses condoléances, l'imam montréalais de la communauté musulmane Ahmediyya, Ishaque Fonseca, raconte que plusieurs fidèles à travers le pays manifestent leur soutien et de la sympathie. Ayant vécu pendant cinq ans dans la capitale, il avoue avoir été profondément choqué lorsqu'il a appris la nouvelle. «Je ressens la douleur», a-t-il confié. «Normalement, ce genre de chose se produit au Pakistan», a-t-il ajouté, alors que les communautés musulmanes de là-bas sont la cible d'attaques semblables depuis plusieurs années.

Appel à la paix

Son collègue, l'imam de Québec Raza Shah, rappelle l'importance que tous soient unis, peu importe les religions. «Cette attaque touche toute la communauté. Nous sommes une même communauté. C'est une attaque contre les valeurs du Canada et du Québec. [...] Il faut que nous nous unissions. Nous sommes tous des humains.» 

«Les musulmans sont de vraies personnes, avec l'espoir que la paix soit répandue dans le monde. Nous essayons d'amener les gens à être ensemble», a avancé l'imam Fonseca. «Ce n'est pas la faute de la religion; c'est ce que les gens font de la religion» qui poserait problème. 

Le président du CCIQ, M. Yangui, a souligné de nouveau son désir de voir naître un cimetière musulman à Québec, tel que l'a promis le maire Régis Labeaume. Pour lui, le maire «est quelqu'un qui est proche de [la communauté musulmane], qui comprend [ses] besoins.»

État de santé toujours critique

Samedi, trois victimes de la fusillade de la Grande Mosquée de Québec étaient toujours hospitalisées à l'hôpital de l'Enfant-Jésus. Parmi elles, deux sont dans un état critique, tandis que l'autre est dans un état stable, a indiqué le Centre hospitalier universitaire (CHU) de Québec par voie de communiqué. Tous les autres patients ont quant à eux reçu leur congé de l'hôpital.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer