Attentat de Québec: le lobby des armes inquiet

Plusieurs mesures peuvent être mises en place pour... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Plusieurs mesures peuvent être mises en place pour restreindre davantage la possession et l'utilisation d'armes à feu, notamment la reclassification.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le plus grand lobby des armes au Canada craint que l'attentat survenu dimanche à Québec incite le gouvernement de Justin Trudeau ou la GRC à resserrer le contrôle sur les armes à feu. Tandis qu'Ottawa promet des mesures «dans la prochaine année», l'opposition met en garde les libéraux de ne pas instrumentaliser la tragédie.

«Je ne dispose pas d'information selon laquelle Ottawa ou la GRC souhaiterait reclassifier les armes après cet événement. Toutefois, nous avons des raisons de croire qu'ils pourraient le faire puisque de telles décisions ont été prises dans le passé lorsque des tragédies sont survenues», affirme le vice-président directeur de l'Association canadienne pour les armes à feu (ACAF), Blair Hagen. 

Plusieurs mesures peuvent être mises en place pour restreindre davantage la possession et l'utilisation d'armes à feu. Parmi celles-ci, leur reclassification permet de déterminer, en fonction de nouveaux critères retenus, celles qui sont prohibées, à autorisation non restreinte ou à autorisation restreinte. Cette dernière catégorie prévoit une série de mesures rendant leur accès plus difficile, par exemple l'obligation pour une personne qui fait une demande de permis de suivre deux formations, d'être membre d'un club de tir, de subir un test d'aptitude et d'avoir des vérifications auprès de ses proches. 

Depuis la tragédie qui a fait six morts et cinq blessés, les médias tentent d'en savoir plus sur l'arme du crime et à quelle catégorie celle-ci appartient. Une quête complètement inutile selon l'ACAF. «Je suis chaque fois fasciné lorsqu'une telle tragédie survient par le fait que les gens mettent l'accent sur le type d'arme utilisé. Comme si cela avait un lien. Je suis souvent forcé de leur demander : "Quel type de fusil aurais-tu préféré que l'on utilise?" Ça ne fait pas de différence!» s'exclame-t-il.

Blair Hagen fait valoir que lors de la tuerie de Dawson, l'arme était légale. «L'enregistrement des armes et les lois ont complètement échoué à prévenir ce type de drames», ajoute-t-il. Selon le représentant du lobby canadien, il est tout aussi inutile de se demander si la police de Québec a manqué à son devoir en permettant à un individu comme Alexandre Bissonnette de s'armer. «La police a travaillé en fonction des pouvoirs qui lui ont été conférés. Ce n'est pas un échec du système, c'est un échec de la philosophie derrière les lois visant à contrôler les armes à feu», martèle le vice-président directeur qui ne souhaite pas que certaines armes actuellement légales deviennent prohibées.

Dans la prochaine année

En campagne électorale, les libéraux de Justin Trudeau ont promis de poser des gestes pour resserrer le contrôle des armes. Questionné par l'opposition sur une possible reclassification des armes en décembre, le ministre de la Sécurité publique, Raph Goodale, a répondu que «la GRC n'entend pas apporter de changements à la classification des armes à feu déjà cataloguées dans le Tableau de référence des armes à feu» mais qu'elle procède à l'ajout de nouvelles armes qui n'ont pas encore été classées.

D'autres mesures sont-elles prévues? «Le gouvernement continue de travailler avec ses homologues afin d'élaborer une stratégie pour déterminer la meilleure façon d'appuyer les collectivités et les organismes d'application de la loi dans leurs efforts continus en vue de rendre plus difficiles l'acquisition et l'utilisation d'armes à feu par les criminels, et de réduire la violence commise par les gangs. D'autres détails seront annoncés cette année», a répondu par courriel Scott Bardsley, l'attaché de presse du ministère. Il s'agirait de la première fois qu'un échéancier est fixé.

Ne pas instrumentaliser la tragédie, dit Blaney

L'ancien ministre de la Sécurité publique, Steven Blaney, croit de son côté que le gouvernement libéral doit faire attention à ne pas se laisser emporter par les événements. «L'expérience a toujours démontré qu'il a toujours été contre-productif d'instrumentaliser les tragédies pour pénaliser les propriétaires d'armes à feu sans aucun impact sur l'amélioration de la sécurité publique», soutient-il.

Le député de Lévis-Bellechasse-Les Etchemins également candidat dans la course à la direction du Parti conservateur rappelle que l'arme n'est pas la seule chose à considérer lorsque l'on analyse les causes d'un drame comme celui survenu dimanche. «L'arme ou l'outil pour commettre l'acte de violence ça ne va pas nécessairement régler le problème à la source. C'est un problème de conditionnement d'une personne qui était plus vulnérable sur le plan psychologique», soutient M. Blaney. Il croit que l'emphase doit davantage être mise sur la détection de discours haineux.

Une classification à reconsidérer?

En 2014, la Gendarmerie royale du Canada (GRC) a décidé de prohiber certains types d'armes semi-automatiques, comme la carabine CZ-858 - souvent comparée à l'AK-47 légale - utilisée par Richard Henry Bain le soir de l'attentat du Métropolis. 

La police jugeait qu'il était trop facile de les convertir en arme à feu entièrement automatique. Mais peu de temps avant le déclenchement des élections à l'été 2015, le gouvernement conservateur, par le biais de son ministre de la Sécurité publique de l'époque, Steven Blaney, a décidé d'utiliser ses nouveaux pouvoirs d'outrepasser les décisions de la GRC sur le classement d'armes. La CZ-858 et ses cousines sont redevenues à «autorisation restreinte» et à autorisation «non restreinte». 

Le gouvernement de Justin Trudeau a promis en campagne électorale de remettre le pouvoir de décision en matière (de classification) d'armes entre les mains de la police et non de politiciens. Jusqu'à présent cependant, la classification d'armes déjà enregistrées n'est pas à l'agenda (lire l'autre texte).

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer