Une page Facebook contre l'islam radical fermera

Des gens déposent des fleurs près de la... (AFP, Alice Chiche)

Agrandir

Des gens déposent des fleurs près de la Grande Mosquée de Québec où six musulmans ont trouvé la mort, dimanche soir, incitant la créatrice et gestionnaire d'une page Facebook à fermer son compte.

AFP, Alice Chiche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Québec) Après trois ans d'activité, la page Facebook intitulée Pas d'islam radical et de charia au Québec fermera ses portes bientôt dans la foulée de la tragédie de la Grande Mosquée de Québec.

«Cette page ferme. Je ne pourrai pas vivre en sachant qu'involontairement, j'aurai aidé ou contribué à radicaliser une personne et en lisant les commentaires, je suis un grand vecteur vers la haine», écrit Raymonde, créatrice et gestionnaire de cette page Facebook dont la mission était de défendre les valeurs québécoises et de dénoncer l'intégrisme religieux.

Chamboulée par les attentats qui ont coûté la vie à six personnes, la femme fait son mea-culpa dans ce message où elle affirme qu'elle ne se pardonnera jamais d'avoir directement ou indirectement contribué à la mort d'un ou plusieurs êtres humains.

«L'élément déclencheur est bien sûr les événements de dimanche et c'est certainement un bien à quelque part pour notre humanité. Ces gens ne seront pas morts en vain», écrit-elle.

«Je serai toujours un grand défenseur de nos valeurs, je serai très active et aurai l'oeil très présent sur ce qui se passe ou se passera qui pourrait déstabiliser notre démocratie», poursuit celle qui se décrit comme «une Québécoise patriote, fervente indépendantiste, mais avant tout très humaine».

«Nous ne ferons JAMAIS notre Québec en ne tendant pas la main à ceux qui nous craignent et que l'on craint. Il est plus sain pour nous tous de construire des ponts que des barrières. La haine est épuisante et nourrit la haine. Nous avons un grand travail collectif à faire, une grande réflexion. Défendons nos valeurs, mais je ne participerai pas à la radicalisation», enchaîne-t-elle.

Elle ajoute que beaucoup de lecteurs n'ont pas le jugement pour faire la part des choses et qu'elle également. «Non, je ne me suis pas convertie, j'ai choisi l'amour. Bonne chance à tous. Nous avons eu 3 ans de bons échanges. Jamais je n'oublierai ce passage de ma vie. Je vous passe le flambeau.»

Si l'annonce a suscité quelques commentaires d'approbation mercredi, la plupart des usagers se disaient déçus de la décision de la créatrice de la page. «Si tout le monde pensait comme toi, on fermerait tous boutique pis personne ne se tiendrait au courant des choses qui se passent et l'islam va avoir l'impression que tous les non-fidèles ont baissé les bras et qu'on leur laisse le champ libre», écrit Evans Boily.

«Très mauvaise décision! Avec ceci, vous leur donnez raison et, une fois de plus, ils auront gagné à vous faire taire sur ce qui est de dénoncer l'intolérable de leurs pratiques barbares qui n'ont pas lieu d'être en Occident!» ajoute Francis Bougie-Lefebvre.

Djamila Harchaoui a pour sa part salué le choix de la créatrice de la page. «Je suis musulmane et j'admire votre attitude et votre examen de conscience. Contrairement à vous, certains islamophobes continuent de réagir comme des alcooliques. Ils sont toujours dans une espèce de déni et de fuite en avant. Ils sont intoxiqués par la haine», a-t-elle commenté.

Serge Demers abondait dans le même sens. «Sage réflexion. Nous avons droit à nos opinions, mais s'ils provoquent ou incitent certains à réagir de manière inappropriée, je crois que ta décision est sage et très sensée.»

D'autres persistent et signent

Si la créatrice d'une page Facebook contre l'islam radical a décidé de fermer boutique à la suite de la tragédie de Québec, d'autres ont choisi de garder le cap et demeurent critiques envers les musulmans.

Mercredi, les dirigeants de la page Contre l'islamisation au Québec ont indiqué qu'ils n'avaient pas l'intention de fermer leurs portes en réponse à l'annonce de fermeture de la page Pas d'islam radical et de charia au Québec.

Des utilisateurs ont continué de se montrer critiques envers la communauté musulmane et les politiciens. «En 2017, vive le Mosquébec, vive le Mosquébec voilé», écrit Pierre Provencher. «Jamais Trudeau et Couillard n'ont été plus sincères dans leurs sympathies qu'aujourd'hui pour s'unir à la douleur des musulmans. Quand des Européens se font massacrer, on entend leur cassette préenregistrée», déplore Daniel Côté.

PEGIDA virulent

La page de la section québécoise des Européens patriotes contre l'islamisation de l'Occident, une organisation d'extrême droite mieux connue sous le nom de PEGIDA, était encore plus virulente.

«Ceux qui nous disent que «Tous les Québécois devraient se sentir responsables de la fusillade survenue dans cette mosquée» (Philippe Couillard) sont les mêmes qui nous disaient, précédemment lors d'attentats islamistes, que cela n'avait rien à voir avec l'islam. Couillard : les mots sont des couteaux. Va lire le Coran, ma couille», inscrit le gestionnaire de la page à propos d'un article faisant suite à la vigile de lundi soir.

Plus tard, il ajoutera que «l'islam est une religion malade», et que «Les pauvres petits musulmans encore dans la mire des méchants Québécois» à propos d'un article relatant l'arrestation d'un homme de Kirkland pour des menaces faites en ligne contre la communauté musulmane.

Mise en garde

Sur la page Facebook Québécois debout contre l'islam radical, une mise en garde : «SVP attention. Tout propos haineux en rapport avec la fusillade dans une mosquée de Québec sera supprimé et son auteur banni. Comprenez que c'est un événement regrettable et que des gens ont ou vont perdre la vie (tout cela n'a aucune raison d'être). Il faut compatir à leur peine. Je suis personnellement contre ce genre d'incident, surtout mortel.»

En réponse à des internautes qui critiquaient divers aspects de la réaction à la tragédie, la direction de la page a précisé sa pensée, ajoutant qu'elle craignait qu'on en impose la fermeture si on y répertoriait trop de propos haineux. 

«Pour ceux et celles qui ne comprennent pas... Notre page est très surveillée, encore plus aujourd'hui que jamais... et une accumulation de propos haineux entraînera la fermeture de notre page... ce que nous ne voulons pas!»

Remise en question

Sur la page de la Fédération des Québécois de souche, on remettait en question le fait qu'Alexandre Bissonnette, arrêté et accusé d'être l'auteur de la tuerie, soit un radical d'extrême droite, indiquant qu'il semblait «suivre une ligne identitaire beaucoup plus libérale».

«Et si on se penchait sur les effets d'isolement causés par ceux mêmes qui lancent des accusations «d'extrême-droitisme» à tout vent? Il y a fort à parier que si ce Bissonnette n'avait pas commis ses actes dans une mosquée, il aurait très bien pu le faire dans un autre endroit, comme les tueurs de Dawson, de Concordia, etc.», écrit le gestionnaire de la page.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer