De l'accommodement religieux... au référendum

Les résidants d'Outremont se prononceront sur un règlement... (La Presse canadienne, Ryan Remiorz)

Agrandir

Les résidants d'Outremont se prononceront sur un règlement voulant interdire tout nouveau lieu de culte sur l'avenue Bernard, à Montréal. Or, nul ne se fait d'illusion quant à la communauté ciblée par ce règlement, alors que les juifs hassidiques ont tout récemment obtenu un permis pour y construire une synagogue.

La Presse canadienne, Ryan Remiorz

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Giuseppe Valiante
La Presse Canadienne
Montréal

Le plus récent rebondissement dans le débat sur les accommodements de minorités religieuses donnera lieu à un référendum, dimanche, dans l'arrondissement d'Outremont à Montréal.

Les résidants du quartier cossu situé sur le flanc est du mont Royal se prononceront ainsi sur un règlement voulant interdire tout nouveau lieu de culte sur l'avenue Bernard.

Ce règlement vise à interdire l'ajout de temples sur la rue achalandée où s'entremêlent commerces et résidences, et ce, sans égard à leur appartenance religieuse. Or, nul ne se fait d'illusion quant à la communauté ciblée par ce règlement, alors que les juifs hassidiques ont tout récemment obtenu un permis pour y construire une synagogue.

«Si ça marche comme un canard et ça parle comme un canard, c'est un canard», a lancé Alex Werzberger, le porte-parole des hassidim d'Outremont. La conseillère de district Céline Forget, qui mène la campagne en faveur du règlement, a déclaré par courriel que la réaction de M. Werzberger cadrait dans la stratégie du «lobby juif» afin d'attirer l'attention des journalistes.

Les tensions s'avivent à certains moments dans ce voisinage entre les hassidim et quelques citoyens qui estiment que cette communauté abuse de son influence.

Malgré le caractère local de ces disputes, elles résonnent à travers la province. Il y a une dizaine d'années par exemple, la communauté hassidique avait payé un centre d'entraînement du YMCA pour qu'il fasse givrer ses fenêtres - une mesure visant à prévenir les regards baladeurs des garçons fréquentant une école juive avoisinante.

Raviver le débat

Cet épisode avait avivé l'épineux débat des «accommodements raisonnables» aux quatre coins du Québec. La plupart des incidents ayant alimenté ce débat houleux depuis les années 1980 ont abouti devant les tribunaux.

Cette fois, les hostilités ont été nourries par l'obtention du permis pour une nouvelle synagogue sur l'avenue Bernard - la cinquième à Outremont.

L'arrondissement a réagi en tentant d'adopter le règlement administratif qui fait l'objet du référendum de dimanche.

Si l'interdiction s'étend à la rue Laurier, cette partie du règlement n'a pas suscité la controverse. L'avenue Van Horne est par ailleurs soumise à une interdiction similaire depuis la fin des années 1990.

«Il y a d'autres endroits dans le secteur qui permettent le culte, a souligné Céline Forget. De plus, l'arrondissement prévoit ouvrir une nouvelle zone pour cet usage. Pour les juifs et pour tous les autres.»

La communauté hassidique - qui compose près du quart de la population d'Outremont - estime que ses membres devraient avoir accès à leurs services à une distance de marche, puisque les hommes hassidim prient deux fois par jour et se voient interdire l'utilisation de leur véhicule automobile lors de certains congés.

«C'est une guerre de territoire», a avancé M. Werzberger. «Ils ont l'impression que nous avons pris le dessus dans une certaine mesure», a ajouté celui qui a 10 enfants et 50  petits-enfants.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer