Pot légal près de chez vous

Le Maine deviendrait le troisième État frontalier du... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Le Maine deviendrait le troisième État frontalier du Canada à légaliser la consommation récréative de marijuana.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Québec) D'ici à ce que le Canada arrive à la conclusion de sa longue démarche visant à légaliser la marijuana, les amateurs de cannabis du Québec, plus précisément ceux de la Beauce, pourraient avoir accès à une source légale de marijuana à des fins récréatives à quelques minutes de chez eux.

Le Maine a en effet voté en faveur de la légalisation de la marijuana le 8 novembre et, si le recomptage confirme la courte victoire des procannabis avec 50,17 % des voix, le cannabis pourrait devenir officiellement légal dans l'État du pin dès les premiers jours de 2017. Après Washington en 2012 et l'Alaska en 2015, le Maine deviendrait alors le troisième État frontalier du Canada, et le premier dans l'Est, à légiférer en ce sens.

Bien connu des voyageurs, le village de Jackman, qui compte 862 habitants et est situé à moins d'une heure de Saint-Georges de Beauce et à moins d'une demi-heure de la frontière canado-­américaine, est prêt à faire face à la musique. Même qu'un investisseur du domaine du cannabis est déjà prêt à s'y installer.

«Je ne vois pas [la légalisation] comme un problème. Quand ce sera en force, ce sera comme tout autre type d'entreprise, ce sera comme avec l'alcool. D'autres États ont adopté des législations en ce sens, et ça s'est bien passé», explique au Soleil le gérant du village, Matthew Pineo, confirmant qu'un commerce est déjà prêt à ouvrir boutique à Jackman.

«C'est déjà sur la table. Un investisseur que je ne peux pas identifier pour des raisons de confidentialité veut s'installer à Jackman avec un commerce de vente de cannabis jumelé à un salon», poursuit-il, ajoutant que contrairement à d'autres villes du Maine, Jackman n'a pas tenté d'adopter un moratoire sur la marijuana.

Un choix

« Dans certaines villes, il y a eu un moratoire de voté, mais dans plusieurs d'entre elles, le moratoire a été renversé. De notre côté, nous avons adopté l'approche d'attendre et de voir comment ça se passera. Il y a des villages qui en voudront et d'autres qui n'en voudront pas et c'est correct comme ça. C'est comme pour l'alcool, il y a des villes où les bars et la vente d'alcool sont interdits. C'est ça, le Maine! Le gouvernement local a encore son mot à dire», poursuit M. Pineo.

Le gérant du village de Jackman ne craint pas non plus de voir un tsunami de touristes provenant de la Beauce de même que du reste du Québec et du Nouveau-Brunswick s'abattre sur les villes frontalières une fois que la marijuana sera légale dans le Maine.

«Plusieurs pensaient que des États comme le Colorado et l'Oregon, qui ont été les premiers à légaliser la marijuana à des fins récréatives, deviendraient des destinations touristiques. On a tous vu que ça n'a pas été le cas. Je crois que ce sera la même chose ici : les touristes continueront de visiter le Maine au même rythme qu'avant», poursuit Matthew Pineo, avouant toutefois qu'il voit dans la marijuana légale une possibilité intéressante d'obtenir des revenus par l'intermédiaire de la taxation.

«C'est sûr que ça va amener des problèmes...»

En Beauce, la légalisation de la marijuana dans le Maine ne soulève pas le même enthousiasme au centre d'intervention en dépendances La Croisée des Chemins. «C'est sûr que ça va amener des problèmes...», laisse tomber le directeur Maryo Larouche. «Moi, je pense que l'effet serait moins grand s'il y avait déjudiciarisation plutôt que légalisation. Il y aura des impacts sur l'aspect financier, au travail, sur la conduite automobile. Je trouve aussi que ça complique les choses pour les jeunes, dont il faut déjà s'assurer qu'il n'achète pas de cigarettes ni d'alcool», poursuit M. Larouche. Le directeur de la Croisée des Chemins ne croit cependant pas lui non plus que les Beaucerons se mettront à envahir le Maine dès janvier pour y consommer légalement de la marijuana. «Je ne penserais pas... car vous savez, avec le taux de change à 30 % sur le dollar américain, les gens vont attendre que ce soit légal ici ou continueront d'en consommer au Québec même si ce n'est pas légal», termine-t-il.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer