Québec veut plus de femmes sur les chantiers de construction

La vice-première ministre et ministre responsable de la... (Collaboration spéciale Fanny Lévesque)

Agrandir

La vice-première ministre et ministre responsable de la Condition féminine, Lise Thériault, et la directrice générale du Centre Émersion de Baie-Comeau, Kathy Lévesque.

Collaboration spéciale Fanny Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Fanny Lévesque</p>
Fanny Lévesque

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Sept-Îles) Québec veut plus de femmes dans les chantiers de construction de la province et, du coup, améliorer sa performance pour l'heure la pire du pays, avec un mince 1,5  % de représentativité féminine dans l'industrie.

La Côte-Nord, qui affiche le meilleur taux de présence de femmes dans ses chantiers avec 2,4 %, servira de point de départ. Le Secrétariat à la condition féminine allonge 100 000 $ pour la mise en place d'un projet-pilote d'un an en sol nord-côtier pour cerner ce qui fonctionne ou pas pour la gent féminine dans le monde de la construction. 

«Quand tu regardes la quantité de femmes qui font une formation, qui commencent à travailler dans l'industrie, mais qui n'y restent pas, c'est parce qu'il y a une problématique», a soulevé la ministre responsable de la Condition féminine, Lise Thériault, de passage à Sept-Îles pour y annoncer l'investissement de Québec. 

Les organismes en employabilité, le Centre Émersion de Baie-Comeau et Action-Emploi Sept-Îles, piloteront le projet, qui doit se faire de «façon concertée» avec le milieu syndical et les employeurs. «Ils ont déjà manifesté une grande ouverture de s'impliquer», assure la directrice générale du Centre Émersion, Kathy Lévesque. 

Encore du travail à faire 

Québec espère que les femmes représenteront 3 % de l'industrie de la construction d'ici 2018. Un objectif «qui n'est pas à négliger», affirme Mme Thériault, rappelant que le Québec «est le pire endroit» des provinces. «On ne se demande plus si c'est légitime pour une femme d'y travailler [...] On se demande comment il peut en avoir plus.» 

Sur le terrain, les organismes soutiennent que les filles qui veulent travailler dans le secteur doivent encore jongler avec des préjugés et des barrières d'accès aux emplois. Le projet pilote doit permettre d'intervenir auprès des femmes de l'industrie et d'accompagner les entrepreneurs. «C'est un pas en avant», a soutenu Mme Lévesque.  

La Commission de la construction du Québec et Emploi-Québec collabore au projet qui s'inscrit dans l'engagement au Programme d'accès à l'égalité des femmes dans l'industrie de la construction 2015-2024.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer