L'itinérance des jeunes s'amplifie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La 15e Nuit des sans-abri, qui se tiendra vendredi dans le quartier Saint-Roch, est une occasion pour le public de réfléchir à l'itinérance urbaine, un phénomène qui entraîne dans son sillage de plus en plus de jeunes adultes depuis quelques années.

Si l'itinérance touche toutes les strates d'âges, le directeur général de la Maison Revivre, Martin Payeur, estime assister à une recrudescence du nombre de jeunes. «Il y en a toujours eu, mais on en voit plus ces temps-ci», explique-t-il. En poste depuis 27 ans à la tête de cet organisme fondée par Colette Samson, M. Payeur ajoute que le refuge de 29 lits «est pratiquement toujours plein». Les débordements se feraient sentir dans toutes les maisons d'hébergement de la capitale.

Au cours d'une conférence de presse visant à sensibiliser la population aux ravages de l'itinérance, l'organisatrice communautaire Magali Parent, du Regroupement pour l'aide aux itinérants et itinérantes de Québec, mentionne de son côté que la Nuit des sans-abri se veut «un rassemblement de solidarité et un moment de mixité sociale qui favorise la rencontre de l'autre». Vivre dans l'itinérance, c'est «à la fois être un peu partout et nulle part», illustre-t-elle.

Survivre sans subvention

Comme c'est l'habitude, de nombreux sans-abris, des hommes pour la plupart, se sont présentés mercredi à la soupe populaire offerte par la Maison Revivre. Pour l'occasion, le repas avait été préparé par Benoît Fortin, des restaurants L'affaire est ketchup, Patente et machin et Karen Cru.

Chaque jour, c'est quelque 150 repas qui sont servis gratuitement le midi aux bénéficiaires de La Maison Revivre. Fait à noter, l'organisme vit uniquement de charité, sans aucune subvention. «Il y a toujours eu une clientèle de gens sacrifiés, glisse M. Payeur. Ce ne sont pas des gens intéressants pour le gouvernement.»

Malgré ses maigres moyens, la Maison Revivre réussit néanmoins à remplir sa mission humanitaire. «Mme Samson avait comme devise : 'Moi j'accueille les gens, Dieu s'occupe du reste.' En 39 ans, on n'a jamais manqué de nourriture», mentionne M. Payeur.

C'est à la Place de l'Université du Québec que se déroulera La nuit des sans-abris, à compter de 16h. Plusieurs activités figurent au programme, dont une distribution de nourriture et de vêtements (les dons sont les bienvenus), ainsi qu'un enchaînement de prestations musicales jusqu'à 22h30.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer